Le Réveil Lozère 03 juin 2020 a 09h00 | Par AG

Le syndicalisme majoritaire se félicite de la hausse proposée

Abonnez-vous Reagir Imprimer

« Une augmentation substantielle qu’on salue » : dans un entretien à Agra Presse le 28 mai, la présidente de la FNSEA Christiane Lambert s’est félicitée de la hausse du budget de la Pac proposée la veille par la Commission européenne. Le 27 mai, Bruxelles a notamment proposé d’ajouter, via le plan de relance, 15 milliards d’euros au second pilier de la Pac. « Ces fonds seront beaucoup ciblés sur l’investissement et l’innovation », relève la présidente de la FNSEA, « c’est le signe que la souveraineté alimentaire nécessite une agriculture plus innovante, moderne, de précision, et utilisant le numérique. » Toutefois, « le compte n’y est toujours pas » pour espérer atteindre les objectifs fixés par Bruxelles dans son Green deal, estiment la FNSEA et les JA dans un communiqué le 28 mai. Face au « manque de fonds disponibles au sein de la Pac », les syndicats majoritaires demandent que les agriculteurs aient accès au Fonds de transition juste pour la lutte contre le changement climatique. De leur côté, les chambres d’agriculture « saluent cet effort financier » consenti par la Commission, indique un communiqué de l’APCA (tête de réseau) le 28 mai. « Le plan de relance de la Commission européenne va dans le sens des actions proposées par les Chambres d’agriculture pour le redressement de l’agriculture française », déclare le président de l’APCA Sébastien Windsor, cité dans le communiqué. Le 3 juin, les chambres vont présenter à la presse leurs propositions d’« actions de relance ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous ne pouvons plus assumer financièrement de payer l’intégralité des dégâts agricole pour tout le territoire, alors qu’il y a des zones où nous ne pouvons pas mettre les pieds

rappelle Willy Schraen, président de la FNC.