Le Réveil Lozère 02 septembre 2020 à 10h00 | Par Marion Ghibaudo

Le tecknival : phénomène récurrent en Lozère

Il y a 20 ans déjà, un teknival était organisé sur le causse Méjean. Retour sur un phénomène régulier, existant dans un vide législatif.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Il y a 20 ans déjà, un teknival était organisé sur le causse Méjean. Retour sur un phénomène régulier, existant dans un vide législatif.
Il y a 20 ans déjà, un teknival était organisé sur le causse Méjean. Retour sur un phénomène régulier, existant dans un vide législatif. - © Julien Beinat/Illustration

« 15 000 à 20 000 personnes ont assisté ces derniers jours à une rave party sur le causse Méjean ». C’est ainsi que la journaliste du Réveil Lozère avait entamé son article d’août 2001, alors qu’une rave party finissait de se vider de ses teufeurs, sous le regard désabusé des élus et agriculteurs.
Car il y a 20 ans, un teknival avait déjà été organisé en Lozère : un rassemblement festif de milliers de personnes, qui s’était prolongé pendant quatre jours, tandis que Jean-Louis Richard, l’éleveur ovin viandes à qui appartenaient les terres, attendait. Attendait de connaître les dégâts qui, assurément, seraient importants après de si nombreux piétinements. « On a retrouvé des seringues sur la parcelle jusqu’à deux ans plus tard », se souvient Gérard Mourgues, maire du Mas-Saint-Chély de l’époque (NDLR : Gérard Mourgues a été réélu pour un nouveau mandat à la tête du Mas-Saint-Chély en 2020).
Août 2020 : un sentiment de déjà-vu pour ceux qui avaient assisté au premier teknival. Et un même sentiment d’impuissance pour ceux impactés par cette nouvelle rave party, qui s’est tenue du côté de Drigas, cette fois-ci. « En 2001, nous avions porté plainte auprès du ministère de l’intérieur, mais ça n’a jamais abouti », souligne Gérard Mourgues.
Août 2020 : près de 10 000 personnes se sont rassemblées sur la parcelle de 30 à 35 hectares de Didier Agrinier, pour faire la fête. « Ils ont débarqué le 9 août et devaient rester une semaine, raconte l’agriculteur, mais je tire mon chapeau à la préfète de Lozère, le mercredi, tout le monde avait été évacué ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.