Le Réveil Lozère 17 mars 2021 a 09h00 | Par Marion Ghibaudo

Le travail collectif au sein de la Cuma du Causse

Au sein de la Cuma du Causse, Thierry Cazottes, Alain Barbut et Éric Barbut travaillent tout particulièrement en équipe : machines mises en commun, travail des champs en équipe… Le collectif est leur devise.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Au sein de la Cuma du Causse, Thierry Cazottes, Alain Barbut et Éric Barbut travaillent tout particulièrement en équipe : machines mises en commun, travail des champs en équipe… Le collectif est leur devise.
Au sein de la Cuma du Causse, Thierry Cazottes, Alain Barbut et Éric Barbut travaillent tout particulièrement en équipe : machines mises en commun, travail des champs en équipe… Le collectif est leur devise. - © Aurélie Pasquelin/Illustration

Gain de temps, gain économique, soutien des uns aux autres en périodes de gros travaux et à l’année, lien social : ce travail mené à trois, Thierry Cazottes, le vice-président de la Cuma du Causse n’y voit que des avantages.
La Cuma du Causse a été créée en 1978, « tout d’abord autour d’une équipe d’ensilage et d’un broyeur à cailloux », puis s’est peu à peu développée pour désormais accueillir une quarantaine d’adhérents, et rayonne entre Chanac, la Canourgue, Saint-Bonnet-de-Chirac, Sainte-Énimie, Balsièges et Barjac.
Au sein de cette Cuma, Alain Barbut, président, Thierry Cazottes, le vice-président et Éric Barbut, l’un des administrateurs, ont mis en commun leur force de travail pour s’entraider dans les champs, notamment. « Je suis arrivé en Lozère en 2004, je suis aveyronnais d’origine », relate Thierry Cazottes. Débarqué en Lozère avec tout à reconstruire et loin des réseaux qu’il avait jusqu’alors connu, l’agriculteur est persuadé que la réussite de son nouveau projet, une ferme ovine laitière dans la zone Roquefort, passera par le collectif.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les milliers d’hectares de la Vallée de la Marne ainsi que quelques secteurs de l’Aube sont particulièrement touchés par ce champignon qui aime l’humidité et la chaleur

confirme Maxime Toubart, président du Syndicat général des vignerons (SGV) et co-président du Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC).