Le Réveil Lozère 15 avril 2022 a 08h00 | Par IL

Le Varenne pourrait influencer l'application des Sdage

Les Sdage des principaux bassins ont été publiés au Journal officiel la semaine du 4 avril. Sans présenter de réorientation majeure, certains marquent des durcissements sur la protection de la qualité ou les volumes prélevables, dans la lignée des Assises de l'eau de 2019. Mais les textes d'application issus du Varenne, espère l'Apca, pourraient encore faire bouger les lignes sur le second volet.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Les Sdage des principaux bassins ont été publiés au Journal officiel la semaine du 4 avril. Sans présenter de réorientation majeure, certains marquent des durcissements sur la protection de la qualité ou les volumes prélevables, dans la lignée des Assises de l'eau de 2019. Mais les textes d'application issus du Varenne, espère l'Apca, pourraient encore faire bouger les lignes sur le second volet.
Les Sdage des principaux bassins ont été publiés au Journal officiel la semaine du 4 avril. Sans présenter de réorientation majeure, certains marquent des durcissements sur la protection de la qualité ou les volumes prélevables, dans la lignée des Assises de l'eau de 2019. Mais les textes d'application issus du Varenne, espère l'Apca, pourraient encore faire bouger les lignes sur le second volet. - © Éric Vidal - European Union 2018 - Source EP

Le Varenne n'a pas remis en cause leur validation, mais il pourrait s'immiscer dans leur application. Résultat des Assises de l'eau, d'un état des lieux détaillé mené depuis 2019 dans chaque bassin, et de longues négociations, les nouveaux schémas directeurs d'aménagement et de gestion des eaux (Sdage) ont été publiés la semaine du 4 avril pour l'ensemble des bassins. Ils s'appliqueront sur une période de cinq ans.
Seine-Normandie, Adour-Garonne, Rhône Méditerranée, Loire-Bretagne, Artois-Picardie, Rhin-Meuse : pour Luc Servant, vice-président de l'Apca (chambres d'agriculture) en charge du dossier irrigation, « il s'agit plus d'une révision que d'une réécriture ». Dans l'ensemble, les documents s'inscrivent bien dans l'esprit des Assises de l'eau : réduction des prélèvements à l'étiage, protection renforcée des nappes et captages, mise en oeuvre des projets de territoire pour la gestion de l'eau (PTGE), et intégration de l'enjeu de l'eau dans les aménagements.
Dans le détail, cependant, certains bassins se sont montrés plus ambitieux que d'autres. En Loire-Bretagne, une nouveauté a par exemple été introduite sur les nitrates : une valeur guide de 18 mg/l pour l'ensemble du bassin. « Ce n'est pas un objectif réglementaire, mais un indicateur pour amener tous les territoires à s'interroger. L'eutrophisation relève de la responsabilité de l'ensemble du bassin », détaille Alain Sappey, chef du service planification, ressource qualité et quantité et milieu aquatique au sein de l'agence de l'eau Loire-Bretagne

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

À chaque attaque, tous les éleveurs doivent pouvoir accéder aux tirs de défense simples, voire renforcés, sans entrave

défend Claude Font, référent loup pour la FNO (éleveurs ovins, FNSEA).