Le Réveil Lozère 14 octobre 2020 a 14h00 | Par Propos recueillis par Patricia Olivieri

« Le vrai danger, c'est que les producteurs continuent d'être mal payés ! »

Face à des charges d'exploitation alourdies par les aléas climatiques, Patrick Bénézit, secrétaire général adjoint de la FNSEA, réitère l'urgence de prix rémunérateurs et d'une future Pac en faveur des zones de montagne et défavorisées.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Face à des charges d'exploitation alourdies par les aléas climatiques, Patrick Bénézit, secrétaire général adjoint de la FNSEA, réitère l'urgence de prix rémunérateurs et d'une future Pac en faveur des zones de montagne et défavorisées.
Face à des charges d'exploitation alourdies par les aléas climatiques, Patrick Bénézit, secrétaire général adjoint de la FNSEA, réitère l'urgence de prix rémunérateurs et d'une future Pac en faveur des zones de montagne et défavorisées. - © P. Olivieri

Quel est l'état d'esprit des paysans cet automne après une troisième sécheresse consécutive ?
La situation climatique est de nouveau très compliquée impactant notre productivité et nos coûts de production. Dans ce contexte, il est très difficile de faire baisser les charges ; aussi, nos seuls leviers sont et restent la Pac et les prix. On a obtenu que le budget de la prochaine Pac (applicable en 2023, NDLR) soit identique à celle en cours, ce qui n'était pas gagné d'avance. Nous devons maintenant veiller à ce que la répartition de ce budget préserve les territoires difficiles de montagne et les zones défavorisées comme les nôtres. Nous avons aussi demandé que ce budget de la Pac soit accompagné du Plan de relance : dans la version initiale, l'agriculture n'était pas citée. Depuis, le gouvernement s'est engagé sur 1,2 milliard pour l'agriculture. Ce n'est pas satisfaisant et il faut revoir la copie mais ce budget est là pour accompagner la Pac dans les prochaines semaines.

Sur quel type d'accompagnement, d'investissements, pourra-t-il intervenir ?
On pense surtout à la modernisation des bâtiments d'élevage mais pas que : il y a tout ce qui est adaptation au changement climatique, notamment au travers des retenues d'eau, mais également sursemis des prairies, techniques différentes... On voit bien que les prairies naturelles ne tiennent plus face au changement climatique. À plus court terme, nous avons obtenu une avance des aides Pac au 15 octobre, c'est quelque chose qui est absolument déterminant au vu de la sécheresse et de la faiblesse des prix.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous ne pouvons plus assumer financièrement de payer l’intégralité des dégâts agricole pour tout le territoire, alors qu’il y a des zones où nous ne pouvons pas mettre les pieds

rappelle Willy Schraen, président de la FNC.