Le Réveil Lozère 01 décembre 2021 a 14h00 | Par AgraPresse en collaboration avec le Réveil Lozère

Légère tension sur les volumes de saint-nectaire à l’approche des fêtes

Abonnez-vous Reagir Imprimer

À l’approche des fêtes de fin d’année, l’AOP saint-nectaire anticipe des tensions d’approvisionnement liées à « un petit tassement des volumes de lait produits et une demande qui augmente chaque année », a précisé à Agra Presse son président Sébastien Ramade le 29 novembre. Rien d’anormal à cette période de l’année où la demande surpasse habituellement l’offre, mais une légère baisse de production, due à un été pluvieux et un fourrage de mauvaise qualité, pourrait accentuer ce décalage, sans pour autant créer une pénurie. « À date, sur nos volumes de collecte, nous sommes en baisse de 15 à 20 % », affirmait le 24 novembre sur BFMTV, Arnauld Dischamp, vice-président de la fromagerie Dischamp, qui produit des fromages AOP en Auvergne. « Je suis à -5 % de production sur ma ferme au mois de novembre », illustre Sébastien Ramade, qui produit du saint-nectaire fermier à Murat-le-Quaire (Puy-de-Dôme). La baisse de production de lait concernerait principalement les filières AOP du Massif central (fourme d’Ambert, cantal, bleu d’Auvergne et saint-nectaire), informe le Cnaol (appellations d’origines laitières). Elle affecte surtout l’AOP saint-nectaire, qui transforme déjà tous ses volumes de lait en fromages, contrairement aux autres filières AOP qui disposent d’une marge plus importante de lait en réserve.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.