Le Réveil Lozère 05 octobre 2022 a 10h00 | Par Marion Ghibaudo

Les agriculteurs BFA récompensés lors du concours des pratiques agro-écologiques

Jeudi 22 septembre, les six agriculteurs labellisés BFA participant au concours des pratiques agro-écologiques pour sa sixième édition, coorganisé par le Copage et le PNR Aubrac et s'intéressant aux prairies d'estive en altitude, a récompensé Jean-Marc Clamens, pour une parcelle située à Fontanille (Nasbinals).

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Jeudi 22 septembre, les six agriculteurs labellisés BFA participant au concours des pratiques agro-écologiques pour sa sixième édition, coorganisé par le Copage et le PNR Aubrac et s'intéressant aux prairies d'estive en altitude, a récompensé Jean-Marc Clamens, pour une parcelle située à Fontanille (Nasbinals).
Jeudi 22 septembre, les six agriculteurs labellisés BFA participant au concours des pratiques agro-écologiques pour sa sixième édition, coorganisé par le Copage et le PNR Aubrac et s'intéressant aux prairies d'estive en altitude, a récompensé Jean-Marc Clamens, pour une parcelle située à Fontanille (Nasbinals). - © BFA

Un prix coup de coeur a aussi été remis à la famille Boissonade, lors de cette belle soirée, du Gaec des quatre vents, à Saint-Pierre-de-Nogaret. « Cette année, le concours a été très relevé, avec des prairies de qualité et à la biodiversité floristique très intéressante », a relevé le jury. Jury qui a, selon ses dires, eu du mal à départager les concurrents. Si une petite inquiétude, due à la sécheresse exceptionnelle et aux ravages de rats taupiers, a fait un instant redouter que l'état des prairies ne permette pas au jury de voir les parcelles sous leur meilleur jour, les conditions climatiques ont finalement soufflé un vent favorable, permettant aux parcelles de retrouver leur éclat. « C'est un projet qui nous a tout de suite plu quand ils l'ont proposé, d'autant plus qu'ils souhaitaient mettre en avant les prairies de pâture d'altitude (NDLR plus de mille mètres), ce qui n'avait pas encore été fait », a détaillé Patrick Mouliade, président de Boeuf fermier Aubrac.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.