Le Réveil Lozère 10 novembre 2020 à 09h00 | Par Marion Ghibaudo

« Les agriculteurs sont aussi des consom’acteurs du territoire »

Alors que la France subit une inquiétante deuxième vague de Covid‑19, entraînant un nouveau confinement, la question des conséquences économiques pour les territoires ruraux se pose.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Alors que la France subit une inquiétante deuxième vague de Covid‑19, entraînant un nouveau confinement, la question des conséquences économiques pour les territoires ruraux se pose.
Alors que la France subit une inquiétante deuxième vague de Covid‑19, entraînant un nouveau confinement, la question des conséquences économiques pour les territoires ruraux se pose. - © Marion Ghibaudo/Illustration

Florence Vignal, la présidente de la chambre des métiers et de l’artisanat, souhaite lancer un appel aux agriculteurs lozériens : « les agriculteurs sont aussi des consommateurs, a-t-elle relevé, et consommer local est d’autant plus important en cette période ».
Consommer local, a rappelé la présidente de la chambre des métiers et de l’artisanat, c’est aussi « garder les territoires locaux vivants, surtout dans des endroits très ruraux comme la Lozère ; c’est aussi garder les emplois sur place », a-t-elle souligné.
« Nous devons conserver le tissu social », plaide Florence Vignal, qui rappelle une règle simple : « le commerce fait le commerce ». Selon elle, si demain les achats se font seulement en ligne ou via les grandes et moyennes surfaces, les territoires comme la Lozère risquent de se désertifier encore plus qu’ils ne le sont déjà.
Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture, abonde l’appel de Florence Vignal : « nos emplettes sont nos emplois », lance-t-elle. « J’invite les agriculteurs à avoir ce réflexe, et encore plus à la veille de Noël. Cela peut aider à sauver la vie dans nos territoires », appuie-t-elle.
Si les agriculteurs réclament que les consommateurs aient le réflexe de penser local, Christine Valentin souhaite que la même analyse s’applique aux agriculteurs eux-mêmes : « à eux aussi de consommer local, que ce soit des produits de première nécessité comme des produits festifs ou des achats plus ponctuels. Il faut faire fonctionner les entreprises qui sont en Lozère », insiste-t-elle, en écho aux paroles de la présidente de la chambre des métiers et de l’artisanat.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Il est inacceptable que les personnes qui produisent la majeure partie des aliments consommés dans le monde et qui sont les plus exposées face à des conditions météorologiques de plus en plus imprévisibles, soient aussi celles qui bénéficient du plus faible appui.

A déclaré Gilbert F. Houngbo, président du Fonds international de développement agricole (Fida), cité dans un communiqué.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui