Le Réveil Lozère 19 janvier 2022 a 09h00 | Par AgraPresse en collaboration avec le Réveil Lozère

Les ambitions françaises pour la présidence du Conseil Agriculture

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Julien Denormandie, qui présidait le 17 janvier à Bruxelles sa première réunion des ministres de l'Agriculture de l'UE a, une nouvelle fois, rappelé que la question de la réciprocité des normes de production serait sa priorité politique, tout en apportant des précisions sur ses ambitions en la matière. Il devrait présenter un document d'orientation au mois de février en vue de l'adoption de conclusions du Conseil, probablement au mois de mars. La Commission européenne doit finaliser un rapport sur la faisabilité technique et juridique de ces règles de réciprocité pour le mois de juin, mais Paris espère que les premières conclusions de ce travail pourront déjà être présentées dès mars. Le ministre français souhaite également « donner une impulsion politique en vue de réviser la fixation des limites maximales de résidus pour les substances interdites dans l'UE ». Sur ce point, Bruxelles proposera fin mars son projet de révision de la législation européenne sur l'utilisation durable des pesticides. Enfin, Julien Denormandie entend aussi faire adopter des conclusions des ministres de l'UE sur le Codex Alimentarius pour demander « une plus grande cohérence des décisions prises dans cette instance » qui fixe les normes sanitaires et phytosanitaires internationales.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je reste persuadée que les cartes sur lesquelles s’appuient l’expertise des prairies ne reflètent pas les pertes réelles de fourrage par la méthode des indices de pousse de l’herbe

a déclaré Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture, alors que les calamités agricoles 2022 sont en cours de paiement auprès des agriculteurs concernés.