Le Réveil Lozère 02 septembre 2020 à 09h00 | Par Propos recueillis par Alison Pelotier

« Les années passent et l'urgence s'accélère »

La FRSEA et Jeunes agriculteurs Auvergne-Rhône-Alpes alertent dans un communiqué le 25 août, sur le manque d'eau dont souffrent les cultures cette année encore. Entrevue croisée de Michel Joux et Pierre Picard, respectivement président FRSEA et JA Aura.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La FRSEA et Jeunes agriculteurs Auvergne-Rhône-Alpes alertent dans un communiqué le 25 août, sur le manque d'eau dont souffrent les cultures cette année encore. Entrevue croisée de Michel Joux et Pierre Picard, respectivement président FRSEA et JA Aura.
La FRSEA et Jeunes agriculteurs Auvergne-Rhône-Alpes alertent dans un communiqué le 25 août, sur le manque d'eau dont souffrent les cultures cette année encore. Entrevue croisée de Michel Joux et Pierre Picard, respectivement président FRSEA et JA Aura. - © Nancy Sagnet/Illustration

Pourquoi avoir cosigné ce communiqué de presse alertant sur l'état de sécheresse des départements en région ?
Michel Joux : « Parce que nous connaissons des situations climatiques très délicates dans tous les départements auvergno-rhonalpins. Pour la 3e année consécutive nous sommes touchés par une grande sécheresse et impactés par un manque d'eau crucial. Ce qui m'inquiète le plus, c'est la récurrence de ces évènements climatiques. Le moral des agriculteurs en prend un coup, on commence à entendre des gens dire qu'ils en ont marre de ce métier, l'ambiance partout est au fatalisme... Mais je veux rester positif, c'est loin d'être foutu ! Il faut simplement qu'on bénéficie d'outils d'adaptation rapides pour faire face à ces situations d'urgence car le changement climatique, lui, s'installe durablement et risque même de s'aggraver... »
Pierre Picard : « Habituellement, les départements montagneux du Massif central et des Alpes sont relativement épargnés. Cette année, ils subissent la sécheresse de plein fouet. Ce manque de pluie important engendre des petites récoltes et des coûts supplémentaires. L'état de sécheresse des sols sableux, un peu légers, est aussi très inquiétant. Ils produisent moins, parfois même il n'y a plus rien qui pousse. Je ne suis pas de nature pessimiste mais il suffit de regarder la réalité en face... Nous ne pouvons pas rester sans rien faire. Les années passent et l'urgence s'accélère. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

À la différence des éco-régimes, qui seront obligatoires pour chaque État, la stratégie « Farm to fork » ne l’est pas, mais elle va se décliner dans les plans stratégiques nationaux

Explique le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, dans un entretien accordé à Agra Presse le 26 octobre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui