Le Réveil Lozère 18 mars 2020 a 09h00 | Par Marion Ghibaudo

Les apiculteurs reconnus en calamité agricole pour 2019

Un arrêté du ministère de l’agriculture et de l’alimentation, daté du 24 février 2020, reconnaît l’état de calamité agricole pour les apiculteurs touchés dans leur production apicole par la sécheresse 2019. Des conditions particulières s’appliquent pour prétendre à cette reconnaissance.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Émilie Wood - Illustration

« Environ 80 apiculteurs sont potentiellement éligibles », explique Stéphane Laulaigne, adjoint, chargé de mission agro-écologiemesure 7.6.6 du PDR, travaux pastoraux à la DDT. Ces derniers ont mené le dossier jusqu’au bureau du ministère, après que le syndicat apicole de Lozère soit venu les solliciter. Les apiculteurs éligibles doivent, selon l’arrêté, avoir déclaré au moins 70 ruches, justifier de 30 % sur la récolte de miel et 13 % de pertes économiques suite à la récolte 2019.
Selon l’agent de la DDT, la période de dépôt de dossiers devrait s’ouvrir à partir du 20 mars jusqu’au 30 avril. « Les apiculteurs concernés n’auront pas besoin de venir nous voir, ils doivent simplement nous retourner les formulaires envoyés par courrier individuel avec les justificatifs », explique Stéphane Laulaigne. Ce dernier rassure que ses services feront les suivis des dossiers s’ils n’ont pas de nouvelles des apiculteurs qu’ils ont ciblés comme étant potentiellement éligibles.

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1552, du 19 mars 2020, en page 3.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les milliers d’hectares de la Vallée de la Marne ainsi que quelques secteurs de l’Aube sont particulièrement touchés par ce champignon qui aime l’humidité et la chaleur

confirme Maxime Toubart, président du Syndicat général des vignerons (SGV) et co-président du Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC).