Le Réveil Lozère 25 mars 2020 à 10h00 | Par Marion Ghibaudo

Les apiculteurs sont aussi restreints dans leurs mouvements

Les apiculteurs doivent aussi se soumettre aux restrictions de déplacements imposées par la crise sanitaire due à l’épidémie de Covid-19. Mais le ministère de l’agriculture et de l’alimentation autorise certaines actions essentielles au maintien des ruchers.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Émilie Wood

Après des discussions avec les différents syndicats apicoles nationaux, le ministère de l’agriculture et de l’alimentation a défini les « modalités de continuité de certaines activités apicoles jugées essentielles pour les apiculteurs ». Ces restrictions touchent autant les apiculteurs professionnels que les amateurs, précise le ministère de l’agriculture et de l’alimentation. Alors que les décrets récents réduisent les activités et les déplacements professionnels, certaines activités apicoles doivent être reportées selon le ministère, notamment : « les visites dans le cadre des programmes sanitaires d’élevage (PSE), l’accueil de groupes, les actions de formation et les réunions physiques et enfin, les visites assurées par un tiers non strictement nécessaire à la poursuite de l’activité apicole ou au maintien du bon état de santé des colonies. »
« On a été les premiers à avertir les ministères de l’agriculture et de la santé en disant que les apiculteurs devaient continuer à travailler dans leurs ruchers », explique Henri Clément, président du syndicat apicole de Lozère. Comparant la situation française à la Chine, il se satisfait de ces mesures visant les apiculteurs, « en Chine, certains n’ont pas pu aller voir leurs ruches pendant deux mois, ce serait une catastrophe », note le président.

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1553, du 26 mars 2020, en page 3.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Des bénéfices économiques directs, et une productivité ou une rentabilité accrue sont les conditions essentielles de l’adoption des pratiques durables à court terme

soulignent des chercheurs dans une étude publiée le 4 octobre dans Nature.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui