Le Réveil Lozère 28 juillet 2021 a 15h00 | Par Marion Ghibaudo

Les attaques attribuées au loup se multiplient, les agriculteurs exaspérés

Six attaques depuis le début du mois de juillet, onze depuis le début de l'année, les syndicats agricoles dénoncent une mauvaise gestion du loup au niveau de l'État, et souhaitent que des prélèvements soient autorisés dans le département.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Six attaques depuis le début du mois de juillet, onze depuis le début de l'année, les syndicats agricoles dénoncent une mauvaise gestion du loup au niveau de l'État, et souhaitent que des prélèvements soient autorisés dans le département. (© Marion Ghibaudo) Les représentants des JA et de la FDSEA en conférence de presse après avoir été reçus par le secrétaire général de la préfecture, Thomas Odinot. © Marion Ghibaudo Des agriculteurs se sont rassemblés à Sainte-Énimie lundi 26 juillet pour montrer le résultat d'attaques sur les troupeaux de brebis et exprimer leur ras-le-bol. © Marion Ghibaudo Le secrétaire général, Thomas Odinot, en discussion avec l'une des agricultrices touchées par la récente vague d'attaques sur les troupeaux de brebis. © Marion Ghibaudo Thomas Odinot, le secrétaire général de la préfecture, en discussion avec les agriculteurs touchés par les récentes attaques, samedi 24 juillet, sur l'exploitation de Jean-Luc Boulet. © Marion Ghibaudo

« Qu'est-ce qu'on va faire ce soir ? » a lancé Jean-Luc Boulet, touché par une attaque sur ses brebis : trois étaient mortes, découvertes le vendredi matin par l'agriculteur venu chercher ses bêtes pour la traite. C'est la question que les agriculteurs victimes de récentes attaques (Estables, Finiels, Sauveterre, Rieutort, Chanac notamment pour le mois de juillet) ont posée au secrétaire général de la préfecture Thomas Odinot, alors qu'il visitait l'exploitation de Jean-Luc Boulet, samedi 24 juillet, sur le causse de Sauveterre, pour discuter de la situation jugée intenable par les éleveurs. Le secrétaire général a voulu « constater les dégâts et juger de la situation par lui-même », a-t-il indiqué.
« Le pire, décrit l'agriculteur, c'est que je suis resté jusqu'à minuit et demi, une heure du matin avec mes bêtes, et je pense l'avoir vu, mais à un moment, il a fallu que j'aille dormir », décrit-il, désemparé par les événements.
Les syndicats agricoles ont tenu à soutenir les éleveurs touchés en étant présent ce samedi pour mener la discussion avec le sous-préfet. Une quarantaine d'éleveurs s'étaient aussi déplacés pour montrer leur soutien aux agriculteurs victimes de ces attaques, et exprimer un ras-le-bol généralisé face à une situation qu'ils jugent sans issue. « Le gouvernement défend le loup, mais l'impact sur les agriculteurs et le bien -être animal, vous y avez pensé ? » ont lancé les agriculteurs en colère au secrétaire général.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous ne pouvons plus assumer financièrement de payer l’intégralité des dégâts agricole pour tout le territoire, alors qu’il y a des zones où nous ne pouvons pas mettre les pieds

rappelle Willy Schraen, président de la FNC.