Le Réveil Lozère 14 septembre 2022 a 11h00 | Par YG

Les chambres veulent accompagner 100 000 fermes d'ici 2030

Les chambres d'agriculture vont tester en 2023 un diagnostic d'adaptation au changement climatique dans 1000 exploitations, avec l'objectif de généraliser le dispositif à 100 000 fermes d'ici 2030.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Les chambres d'agriculture vont tester en 2023 un diagnostic d'adaptation au changement climatique dans 1000 exploitations, avec l'objectif de généraliser le dispositif à 100 000 fermes d'ici 2030.
Les chambres d'agriculture vont tester en 2023 un diagnostic d'adaptation au changement climatique dans 1000 exploitations, avec l'objectif de généraliser le dispositif à 100 000 fermes d'ici 2030. - © Guillaume Perrin/Archives

Alors que la France connaît une sécheresse « sans précédent », Chambres d'agriculture France (ex-APCA) veut lancer un « plan massif et individualisé d'adaptation au changement climatique » visant à accompagner 100 000 exploitations d'ici 2030, a annoncé son président Sébastien Windsor le 6 septembre en conférence de presse. La première étape consistera à « sensibiliser les agriculteurs au climat de 2030-2050 » et à son impact sur les productions, a-t-il précisé, sur la base des diagnostics territoriaux réalisés lors du Varenne de l'eau. Sébastien Windsor espère « déployer des éléments de communication dès cet hiver », avec le concours des « acteurs économiques, comme les coopératives », appelés à « porter »le dispositif avec les chambres. Deuxième étape : les chambres comptent réaliser des diagnostics dans 1 000 exploitations en 2023 afin de « tester les guichets locaux ». « Les agriculteurs vont devoir réfléchir à ce qu'ils vont changer dans leur système », résume Sébastien Windsor. À l'issue de ces premiers échanges, les conseillers identifieront avec les agriculteurs « trois ou quatre leviers » (assurance, changements de variétés, de cultures, de système fourrager, de méthode de travail du sol, agrivoltaïsme, etc.).
À partir de 2024, les chambres visent un rythme de croisière de 10 000 à 20 000 exploitations par an. « On ne part pas de rien, affirme Sébastien Windsor, le travail a déjà commencé dans certaines régions » dont l'Occitanie (Gard). Un chantier indissociable, insiste-t-on à Chambres d'agriculture France, de l'accompagnement à court terme face aux aléas et de l'atténuation du changement climatique.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les attaques ne se calment pas et les gens sont à bout de nerfs

prévient Cécile Giboureau, porte-parole syndicale, soulignant que le troupeau de Guzet s’apprêtait à descendre d’estive.