Le Réveil Lozère 27 mai 2020 a 09h00 | Par Pierre Garcia

Les commerces de proximité parmi les gagnants du confinement

Pendant la période de confinement, de nombreux Français ont privilégié les épiceries. Proposant des produits locaux à des prix accessibles, celles-ci pourraient voir l'embellie se poursuivre après le confinement.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Pendant la période de confinement, de nombreux Français ont privilégié les épiceries.
Pendant la période de confinement, de nombreux Français ont privilégié les épiceries. - © Nathalie Journoud

En l'espace de deux mois, le confinement imposé aux Français pourrait bien redistribuer les cartes dans le paysage du commerce alimentaire. « Pendant cette période, de nombreuses personnes se sont rendu compte qu'elles disposaient de nombreux commerces alimentaires autour d'elles et qu'elles n'avaient pas besoin de se rendre dans des grandes surfaces en périphérie », se félicite Cédric Szabo, directeur de l'association des maires ruraux de France. « Cette séquence un peu inédite a fait émerger trois types de commerces en milieu rural : ceux qui ont été fortement affectés par l'interdiction de rester ouverts, comme certains marchés de plein vent ; ceux qui ont réussi à s'adapter et ceux qui, comme la plupart des épiceries, sont parvenus à devenir incontournables dans leur commune et à capter une population qui se rend d'habitude en grandes surfaces », explique-t-il.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les milliers d’hectares de la Vallée de la Marne ainsi que quelques secteurs de l’Aube sont particulièrement touchés par ce champignon qui aime l’humidité et la chaleur

confirme Maxime Toubart, président du Syndicat général des vignerons (SGV) et co-président du Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC).