Le Réveil Lozère 21 avril 2021 a 09h00 | Par Pierre Garcia

Les Compagnons du devoir fêtent leurs 70 ans

Association aux origines méconnues, les Compagnons du devoir portent depuis soixante-dix ans l’héritage séculaire du compagnonnage et des métiers traditionnels. Une formation sans équivalent qui séduit aujourd’hui de nombreux jeunes. Retour sur l’histoire de cette institution prestigieuse.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Compagnons du devoir

Apparu en 1719 dans la langue française, le compagnonnage désignait à l’origine la période de stage professionnel qu’un compagnon devait réaliser chez un maître. Beaucoup plus ancienne, sa fondation remonterait quant à elle à la construction du temple de Salomon au xe siècle avant JC. D’après la principale légende, un certain maître Jacques, tailleur de pierre, serait arrivé sur le chantier du temple de Salomon où il serait devenu maître des tailleurs de pierre, des menuisiers et des maçons. Il serait ensuite rentré en France avec un autre maître, le père Soubise, avec lequel il se serait disputé. Maître Jacques aurait été assassiné par des proches de son rival et ses vêtements partagés entre les différents corps de métiers. Pour d’autres, c’est le père Soubise qui serait le véritable fondateur du compagnonnage, en tant qu’architecte sur le chantier du temple de Salomon où il aurait encadré les charpentiers. D’autres, enfin, fixent la fondation du compagnonnage à un chantier plus récent : la construction des tours de la cathédrale Sainte-Croix d’Orléans en 1401 par deux maîtres d’œuvre, Jacques Moler et Soubise de Nogent.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous ne pouvons plus assumer financièrement de payer l’intégralité des dégâts agricole pour tout le territoire, alors qu’il y a des zones où nous ne pouvons pas mettre les pieds

rappelle Willy Schraen, président de la FNC.