Le Réveil Lozère 31 mars 2021 a 09h00 | Par AgraPresse

Les Cuma lancent une centrale d’achat contre la hausse des prix

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Une centrale d’achat, CamaCuma, est lancée en réaction aux prix des agroéquipements qui augmentent « de manière systématique », ont annoncé le 23 mars ses initiateurs au sein des Cuma (coopératives d’utilisation de matériel agricole). « À peu près 500 millions d’euros sont investis par les Cuma » chaque année, a souligné Philippe Majeune, agriculteur dans le Puy-de-Dôme et élu national du réseau. « C’est une force mais qui est complètement dispersée », note-t-il. L’idée est de faire des achats groupés, pour obtenir des prix à -25 %. CamaCuma part de cet autre constat que « les prix des matériels, tous les ans, augmentent systématiquement de 3 % à 6 % », Philippe Majeune. La centrale propose plusieurs formules : l’achat-revente, dédiée aux matériels simples, et la location de longue durée, pour les plus complexes. Deux appels d’offres sont en cours, l’un sur des plateaux fourragers en achat-revente, l’autre concernant des chargeurs télescopiques en location sur 36 à 60 mois. Après deux mois d’activité, CamaCuma affiche déjà un quart des matériels vendus ou loués. Trois autres appels d’offres sont prévus la semaine prochaine, puis cinq au deuxième semestre. La centrale d’achat revendique l’adhésion de 40 % des Cuma en France, dans un croissant qui part de l’ouest jusqu’à l’est en passant par le nord.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les céréales, une denrée de base qui occupe près de 65 % de la surface cultivée de l’UE et qui est principalement utilisée pour l’alimentation animale, est la culture la plus sévèrement touchée. Nous avons notamment constaté que pour chaque année marquée par un épisode de sécheresse, les pertes de céréales augmentent de 3 %

a indiqué Teresa Bras, de la Nova School of Science and Technology de Lisbonne.