Le Réveil Lozère 08 septembre 2022 a 08h00 | Par ED

Les dégâts sur les parcelles agricoles toujours en hausse

À l'image du reste du pays, la Lozère déplore cette année une augmentation des dégâts causés par le grand gibier sur des parcelles agricoles. Le sanglier reste l'espèce la plus en cause devant les cervidés et les mouflons.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
À l'image du reste du pays, la Lozère déplore cette année une augmentation des dégâts causés par le grand gibier sur des parcelles agricoles. Le sanglier reste l'espèce la plus en cause devant les cervidés et les mouflons.
À l'image du reste du pays, la Lozère déplore cette année une augmentation des dégâts causés par le grand gibier sur des parcelles agricoles. Le sanglier reste l'espèce la plus en cause devant les cervidés et les mouflons. - © Vincent Motin/Illustration

C'est la mauvaise rengaine de l'été. Une fois l'année cynégétique achevée, les premières statistiques remontent des fédérations départementales de chasse (FDC) et toutes, ou presque, déplorent une augmentation des dégâts infligés par le grand gibier aux cultures et donc du montant des indemnités qu'elles sont légalement tenues de verser aux agriculteurs. Pour la saison cynégétique 2021-2022, les dommages avaient coûté 80 millions d'euros au niveau national.
La Lozère n'échappe pas à la règle avec 300 dossiers déposés contre 250 pour l'année précédente. « Les chiffres finaux ne sont pas encore connus mais on s'attend à une augmentation sensible de l'enveloppe à payer à la fois en raison de cette hausse de dossiers avérée mais aussi car le cours des céréales et des barèmes d'indemnisation de prairies augmentent en raison du contexte international », déplore Joseph Matera, directeur de la fédération départementale des chasseurs de Lozère. D'ordinaire, la FDC débourse chaque année entre 250 et 300 000 euros.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.