Le Réveil Lozère 13 juillet 2022 a 14h00 | Par YG

Les dénominations animales interdites pour les protéines végétales

Initialement prévue par la loi Egalim 1, l’interdiction d’utiliser une dénomination animale pour les protéines végétales entrera en vigueur le 1er octobre. Une mesure saluée par les filières animales.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Initialement prévue par la loi Egalim 1, l’interdiction d’utiliser une dénomination animale pour les protéines végétales entrera en vigueur le 1er octobre. Une mesure saluée par les filières animales.
Initialement prévue par la loi Egalim 1, l’interdiction d’utiliser une dénomination animale pour les protéines végétales entrera en vigueur le 1er octobre. Une mesure saluée par les filières animales. - © Bernard Aumailley – L’agriculteur Charentais

Exit les « steaks de soja » et autres « saucisses végétales ». Un décret paru le 30 juin au Journal officiel interdit, à partir du 1er octobre, d’utiliser une dénomination animale pour les « produits transformés contenant des protéines végétales ». « Il ne sera pas possible d’utiliser la terminologie propre aux secteurs traditionnellement associés à la viande et au poisson pour désigner des produits n’appartenant pas au règne animal », précise la notice du texte. Sont visés les produits « incorporant des protéines végétales spécialement formulées à des fins technologiques ou nutritionnelles ». Il peut s’agir de « préparations à base de viande et de protéines végétales dont la présentation est proche d’un steak par exemple », ou encore de produits incorporant « des ingrédients d’origine non-animale contenant une teneur non négligeable de protéines ». Ainsi « une galette constituée principalement de lentilles agglomérées et dont la présentation est proche d’un steak », ne pourra plus s’appeler « steak de lentilles ».


Amende de 7 500 € pour les personnes morales
Très attendue par les filières animales, cette mesure est issue de la loi du 10 juin 2020 pour la transparence de l’information sur les produits agricoles et alimentaires (articles « retoqués » de la loi Egalim 1). Juridiquement, le décret d’application interdit de « détenir en vue de la vente ou de la distribution à titre gratuit, de mettre en vente, de vendre ou de distribuer à titre gratuit » des aliments qui ne respecteraient pas ces nouvelles règles. Une interdiction assortie d’une amende de 1 500 € pour les personnes physiques y contrevenant et de 7 500 € pour les personnes morales.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

En passant la brique de lait demi-écrémée à 0,80 € en magasin (contre 0,76 € auparavant, NDLR), nous arrivons à payer les producteurs 430 € les 1000 l. Par contre, je ne dégage aucune marge, si ce n’est les 10 % d’Égalim

explique Michel Biero, directeur Achats Lidl France, qui souhaiterait voir ses concurrents lui emboîter le pas.