Le Réveil Lozère 20 janvier 2022 a 12h00 | Par IL

Les dirigeants de l’Inrae « pour la sortie des pesticides »

Interpellée par le syndicat Sud qui s’interrogeait sur une « instrumentalisation » de l’Inrae au sein du Conseil scientifique dédié aux néonicotinoïdes, la direction de l’institut a clarifié son rôle, assumant plus généralement se positionner « pour une sortie des pesticides »

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Interpellée par le syndicat Sud qui s’interrogeait sur une « instrumentalisation » de l’Inrae au sein du Conseil scientifique dédié aux néonicotinoïdes, la direction de l’institut a clarifié son rôle, assumant plus généralement se positionner « pour une sortie des pesticides »
Interpellée par le syndicat Sud qui s’interrogeait sur une « instrumentalisation » de l’Inrae au sein du Conseil scientifique dédié aux néonicotinoïdes, la direction de l’institut a clarifié son rôle, assumant plus généralement se positionner « pour une sortie des pesticides » - © Thierry Guillemot/Archive

Une nouvelle controverse dans l’épais dossier des néonicotinoïdes. Dans une lettre ouverte envoyée au p.-d.g de l’Inrae Philippe Mauguin le 10 janvier, le syndicat Sud lui a demandé de lever les doutes sur « l’instrumentalisation [de l’institut] par des intérêts qui l’emportent sur la santé des écosystèmes ». « La stratégie d’assurance chimique semble l’avoir emporté sur la notion de protection intégrée des cultures », s’indignent les représentants syndicaux dans ce courrier, citant un article paru dans le quotidien le Monde fin décembre.
Les critiques de Sud portent principalement sur deux points. Alors que le représentant de l’Inrae auprès du conseil de surveillance avait évoqué dans la presse des difficultés à comparer les indices de pression entre les deux années, Sud souligne que les réservoirs viraux étaient « notoirement plus faibles » en 2021, avec ou sans prendre en compte le colza. Second reproche : la fiche jointe à la consultation publique et signée par l’Inrae se concentre sur les conséquences économiques de la dérogation, « sans évoquer l’objectif pourtant essentiel de protection de la biodiversité »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
10 breve(s) � voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.