Le Réveil Lozère 16 décembre 2020 � 11h00 | Par AgraPresse

Les discussions dans l’impasse, selon la FNB

Abonnez-vous R�agir Imprimer

La réunion qui rassemblait éleveurs de broutards et exportateurs au ministère de l’Agriculture, le 11 décembre, « n’a abouti à aucune solution concrète de court et moyen terme visant à revaloriser le prix payé aux éleveurs », déplore la FNB (producteurs de bovins viande, FNSEA) dans un communiqué le même jour. « La « feuille de route » présentée par les groupes d’export au ministre ne contient aucune proposition traduisant cet objectif », dénonce l’association spécialisée de la FNSEA. Avec des prix en berne pour les broutards et les jeunes bovins engraissés (JB), « c’est (…) toute la voie mâle française qui est aujourd’hui à l’agonie », alerte la FNB. D’après le syndicat, les producteurs de broutards ont perdu depuis la mi-juillet « environ 150 euros » par animal, « soit une perte de 30 % de leur revenu annuel, déjà extrêmement bas ». Quant au prix des JB, il se situe 1 €/kg en dessous du coût de production, « soit un manque à gagner de 450 euros par animal, depuis le début de l’année ». Dénonçant la « désinvolture coupable dont font preuve certains acteurs de la filière - y compris coopératifs - », la FNB annonce « recentrer sa mission » pour « encourager les éleveurs à reprendre la main sur la commercialisation de leurs animaux ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions �mises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se r�serve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et r�glements en vigueur, et decline toute responsabilit� quant aux opinions �mises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Aujourd’hui, la zone des Landes malheureusement est condamnée à très court terme

A déclaré Marie-Pierre Pé, la directrice du Cifog (interprofession du foie gras), sur RTL le 8 janvier. Avec une quarantaine de nouveaux cas depuis le 8 janvier, l’épizootie d’influenza aviaire poursuit sa progression