Le Réveil Lozère 03 avril 2019 a 09h00 | Par Actuagri

Les éleveurs britanniques entre inquiétude et pragmatisme

À la veille d’une nouvelle échéance cruciale, les éleveurs britanniques redoutent la perspective d’accords de libre-échange avec des pays-tiers.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Vente aux enchères de brebis au marché d''Ashford (Kent).
Vente aux enchères de brebis au marché d''Ashford (Kent). - © Actuagri

Comme l’ensemble de leurs compatriotes, les éleveurs britanniques ont vécu ces dernières semaines au rythme des rebondissements chaotiques de la sortie prévue de leur pays de l’Union européenne. La difficulté des autorités britanniques à s’accorder sur un scénario de sortie réclamé par les dirigeants européens d’ici le 12 avril est accueillie avec un certain fatalisme. « Nous nous sentons tout à fait impuissants face aux évolutions politiques actuelles », reconnaît John Gould, éleveur de reproducteurs bovins et de brebis à Faversham dans le Kent, à la pointe sud-est du pays. Sa ferme, qui s’est construit une belle réputation pour la qualité de sa génétique bovine, commercialise de plus en plus de taureaux et femelles Angus en Europe, y compris en France, à la faveur de l’engouement des consommateurs pour cette race. « J’espère que la qualité de notre production et le courant favorable pour ce type d’animaux nous permettront de poursuivre l’activité », confie John Gould, dont le flegme peine à masquer l’inquiétude.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1504, du 4 avril 2019, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.