Le Réveil Lozère 29 janvier 2020 à 17h00 | Par Actuagri

Les États membres appellent à un système européen d’étiquetage sur le bien-être animal

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Réunis le 27 janvier à Bruxelles, les ministres de l’Agriculture de l’UE ont soutenu dans leur grande majorité l’initiative allemande de proposer un système européen d’étiquetage en matière de bien-être animal, « harmonisé et transparent ». Toutefois, ils ont insisté pour que cela se fasse sur la base du volontariat, comme pour le label bio, afin de tenir compte des spécificités de chaque État membre. « Un tel système permettrait à la fois aux consommateurs de prendre leur décision d’achat en toute connaissance de cause et aux producteurs de bénéficier de nouveaux débouchés », précise l’Allemagne dans une note. À cette occasion, les délégations ont invité la Commission européenne à s’appuyer sur les conclusions du Conseil agricole du 16 décembre, afin qu’elle poursuive ses travaux et qu’elle présente dès cette année des propositions pour la mise en place d’un tel système. La commissaire européenne à la Santé, Stella Kyriakides, a assuré que la stratégie « de la fourche à la fourchette », attendue au printemps, comprendra des éléments sur le bien-être animal, sans pour autant entrer dans les détails. Bruxelles devrait publier une évaluation de la stratégie actuelle sur le bien-être animal courant 2020.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.