Le Réveil Lozère 11 décembre 2021 a 08h00 | Par AG

Les eurodéputés demandent des règles plus strictes

La commission spéciale du Parlement européen devait adopter le 2 décembre ses recommandations sur les transports d'animaux vivants dans l'UE et à l'exportation afin d'améliorer leur bien-être. Mais les débats restent vifs sur la nécessité d'imposer ou non une durée limite du temps de transport.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
La commission spéciale du Parlement européen devait adopter le 2 décembre ses recommandations sur les transports d'animaux vivants dans l'UE et à l'exportation afin d'améliorer leur bien-être. Mais les débats restent vifs sur la nécessité d'imposer ou non une durée limite du temps de transport.
La commission spéciale du Parlement européen devait adopter le 2 décembre ses recommandations sur les transports d'animaux vivants dans l'UE et à l'exportation afin d'améliorer leur bien-être. Mais les débats restent vifs sur la nécessité d'imposer ou non une durée limite du temps de transport. - © Ludovic Vimond

Après quinze mois de travaux, la commission d'enquête du Parlement européen sur la protection des animaux pendant le transport devait adopter, le 2 décembre, son rapport et ses recommandations en vue d'améliorer les règles actuelles sur le transport des animaux, qui datent de 2005. Globalement, les eurodéputés recommandent une révision de la législation, basée sur le renforcement des contrôles et la définition de normes pour chaque espèce et selon l'âge des animaux. Mais à la veille du vote, un certain nombre de points restaient ouverts, notamment la question d'une limite de temps de transport et celle des animaux non sevrés.
Sur les animaux vivants le compromis trouvé entre groupes politiques souligne que le remplacement, « dans toute la mesure du possible », du transport d'animaux vivants par le transport de carcasses et de produits à base de viande et de matériel génétique, serait conforme à l'objectif principal de la stratégie De la ferme à la table de l'UE. Mais le co-rapporteur du texte, Daniel Buda (Démocrate-chrétien) est plus prudent : il défend une réduction du transport des animaux vivants assortie de solutions techniques pour « mieux utiliser les couloirs de transports » et garantir une température de confort à l'intérieur des véhicules. Sur les exportations d'animaux vers les pays tiers, le compromis demande à la Commission de mettre en place un système de certification pour garantir des conditions de transport conformes aux règles de l'UE, une fois les animaux sortis du territoire européen.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.