Le Réveil Lozère 27 mai 2022 a 08h00 | Par AG

Les eurodéputés demandent plus à l'agriculture

La commission de l'Environnement a finalisé sa position sur l'utilisation des terres et la foresterie, le partage des efforts ainsi que le mécanisme d'ajustement carbone aux frontières. Ils estiment, contrairement à la Commission européenne, que l'agriculture doit rester séparée du secteur forestier et propose de lui imposer des objectifs supplémentaires.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
La commission de l'Environnement a finalisé sa position sur l'utilisation des terres et la foresterie, le partage des efforts ainsi que le mécanisme d'ajustement carbone aux frontières. Ils estiment, contrairement à la Commission européenne, que l'agriculture doit rester séparée du secteur forestier et propose de lui imposer des objectifs supplémentaires.
La commission de l'Environnement a finalisé sa position sur l'utilisation des terres et la foresterie, le partage des efforts ainsi que le mécanisme d'ajustement carbone aux frontières. Ils estiment, contrairement à la Commission européenne, que l'agriculture doit rester séparée du secteur forestier et propose de lui imposer des objectifs supplémentaires. - © François d'Alteroche/Illustration

La commission de l'Environnement du Parlement européen a adopté, le 17 mai lors d'une session de vote marathon, sa position sur plusieurs des règlements du paquet visant à porter l'objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de l'UE à -55 % en 2030, notamment les textes portant sur l'utilisation des terres, le changement d'affectation des terres et la foresterie (LULUCF), le partage des efforts ainsi que le mécanisme d'ajustement carbone aux frontières. Sur le règlement LULUCF, les eurodéputés souhaitent que ce secteur reste séparé de l'agriculture (contrairement à ce que proposait la Commission européenne). Ils proposent qu'en plus des 310 millions de tonnes équivalent CO2 que devraient séquestrer les forêts, l'agriculture se voit fixer un objectif de 50 millions de tonnes supplémentaires d'absorptions nettes d'ici 2030.

50 millions de tonnes équivalent CO2
« Les puits de carbone naturels sont fragiles et volatils et ne devraient donc pas être mis en commun avec la mesure des émissions du secteur agricole - contrairement à la proposition initiale », justifient les eurodéputés. Les organisations et coopératives agricoles de l'UE (Copa-Cogeca) regrettent cette position qui « ne reflète pas la nature et la dynamique des secteurs agricole et forestier ». « Compte tenu des incertitudes entourant l'agriculture et l'élimination du carbone, y compris la certification, il semble plutôt prématuré d'amplifier l'objectif déjà très ambitieux de 310 millions de tonnes d'équivalent CO2 », estime le Copa-Cogeca. La Commission adoptera des objectifs annuels pour le secteur LULUCF pour chaque année de la période 2026-2029 sur la base des trajectoires nationales. Afin de s'assurer que les objectifs sont atteints, la Commission devra soumettre un rapport d'étape pour le 31 décembre 2024.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

À chaque attaque, tous les éleveurs doivent pouvoir accéder aux tirs de défense simples, voire renforcés, sans entrave

défend Claude Font, référent loup pour la FNO (éleveurs ovins, FNSEA).