Le Réveil Lozère 02 février 2022 a 14h00 | Par Marion Ghibaudo

Les JA déroulent leur programme pour 2022

Mardi 25 janvier, les jeunes agriculteurs ont tenu leur traditionnelle conférence de presse de début d'année à Aumont-Aubrac. Une édition dans un format particulier, puisqu'elle était précédée d'une rencontre entre agriculteurs à propos de la contractualisation obligatoire depuis le 1er janvier 2022.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Mardi 25 janvier, les jeunes agriculteurs ont tenu leur traditionnelle conférence de presse de début d'année à Aumont-Aubrac. Une édition dans un format particulier, puisqu'elle était précédée d'une rencontre entre agriculteurs à propos de la contractualisation obligatoire depuis le 1er janvier 2022.
Mardi 25 janvier, les jeunes agriculteurs ont tenu leur traditionnelle conférence de presse de début d'année à Aumont-Aubrac. Une édition dans un format particulier, puisqu'elle était précédée d'une rencontre entre agriculteurs à propos de la contractualisation obligatoire depuis le 1er janvier 2022. - © Marion Ghibaudo

Loi Égalim 2 et contractualisation obligatoire tiennent le haut du pavé des conversations du monde agricole en cette rentrée 2022. Une actualité à laquelle le syndicat des JA, en collaboration avec la FDSEA, a décidé de répondre en organisant une grande réunion d'information sur le sujet. Une rencontre où Mathieu Theron, président des JA du Cantal et administrateur FNB, a pu apporter un éclairage spécifique sur ce dossier.

La contractualisation en question
Deux cents agriculteurs étaient réunis à la maison de la Terre-de-Peyre, tout l'après-midi du 25 janvier, pour débattre de la contractualisation obligatoire et de ce qu'elle va changer dans le quotidien des agriculteurs. « Les gens avaient besoin d'information, et je pense qu'ils sont sortis apaisés de cette réunion », s'est satisfait Jean-François Maurin, président de la FDSEA, « car nous avons pu expliquer les mécanismes de cette loi ». « Nous nous devions d'informer les gens sur le sujet », a abondé Vincent Bonnet, président des JA, « car il y avait de nombreuses méconnaissances sur le sujet ».
« La crainte qui revient le plus souvent est celle du cadre, que certains pensent très contraignant. Mais le cadre de la loi est, en vérité, très souple », a détaillé Hervé Boudon, trésorier des JA. « La loi étant arrivée très vite, c'est vrai qu'il faut un peu de temps pour digérer les informations et les comprendre », a noté Vincent Bonnet (NDLR : la loi a été publiée au JO en octobre 2021 pour une application au 1er janvier 2022).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les Cuma attendent du projet de loi énergies renouvelables qu’il soutienne le développement de solutions mutualisées. Il s’agit en priorité de lever les freins à la production d’énergie en Cuma : ouverture statutaire, simplification des démarches administratives, développement des liens avec les collectivités territoriales, etc

d’après un communiqué.