Le Réveil Lozère 20 octobre 2021 a 11h00 | Par le Réveil Lozère

Les Jardins de Cocagne pour l’insertion des primo-arrivants

Du 11 au 15 octobre a eu lieu la semaine de l’intégration des réfugiés et primo-arrivants. Lancée avec les services de l’État, elle permet de promouvoir les initiatives locales au service de l’intégration des étrangers en France.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Du 11 au 15 octobre a eu lieu la semaine de l’intégration des réfugiés et primo-arrivants. Lancée avec les services de l’État, elle permet de promouvoir les initiatives locales au service de l’intégration des étrangers en France.
Du 11 au 15 octobre a eu lieu la semaine de l’intégration des réfugiés et primo-arrivants. Lancée avec les services de l’État, elle permet de promouvoir les initiatives locales au service de l’intégration des étrangers en France. - © Préfecture de la Lozère

Au Jardin de Cocagne, à Palheret, ce mardi 12 octobre, les équipes sont en effervescence : elles attendent la visite de Thomas Odinot, secrétaire général de la préfecture de Lozère, dans le cadre de la semaine de l’intégration des réfugiés et primo-arrivants. Une semaine où les services de l’État rencontrent les acteurs locaux de l’insertion.
« La visite a été très intéressante », s’est réjouie Laurence Nouveau, directrice de la structure d’insertion qui a pu expliquer les bases de l’organisation au secrétaire général. Tout a été passé en revue : les serres, l’atelier cuisine, l’espace de production, l’atelier fruits rouges, les coins dédiés à l’animation pédagogique avec les écoles… Car le Jardin de Cocagne, installé en Lozère depuis 2013, propose à ceux qui travaillent en son sein un emploi agricole.
« Dans le cadre de cette semaine, le secrétaire général voulait en apprendre plus sur l’accès à l’emploi des primo-arrivants et réfugiés », a détaillé Laurence Nouveau, dont la structure propose un accompagnement aux primo-arrivants pour les intégrer grâce à un emploi en maraîchage, sur un hectare de surface où se côtoient poireaux, salades, haricots, petits fruits rouges et quelques ruches ; une partie de la production se faisant sous serre, la seconde partie en plein champ. L’association accueille actuellement six primo-arrivants, pour un effectif total de 19 personnes travaillant dans ses champs. « De passer par le Jardin de Cocagne, ça leur permet d’avoir des fiches de paie, un salaire, mais pas que », détaille la directrice, « c’est aussi tout ce qui est vivre-ensemble : arriver à l’heure, respect des consignes, etc. Toutes ces choses transposables dans la vie de tout un chacun. ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La tentation d’arrêter l’élevage n’est plus taboue

Écrivent les présidents de la chambre régionale d’agriculture de Bretagne dans une longue lettre ouverte rendue publique le 26 novembre et adressée au ministre de l’Agriculture et aux élus de la région.