Le Réveil Lozère 04 septembre 2019 a 09h00 | Par Apal

Les livraisons de paille se poursuivent chez les sinistrés

Lancé suite à l’orage de grêle qui a touché la Lozère en juin dernier, l’opération paille de l’Apal se poursuit. Des camions arrivent sur les exploitations touchées.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
En présence des représentants des conseils départemental et régional, un camion a été livré mardi 27 août sur l’exploitation de Sylvain Rocher.
En présence des représentants des conseils départemental et régional, un camion a été livré mardi 27 août sur l’exploitation de Sylvain Rocher. - © Apal

Le 15 juin dernier un violent orage de grêle s’est abattu sur plus d’une soixantaine d’exploitations lozériennes ayant un impact fort sur leurs récoltes de paille. Aussitôt alerté par la profession agricole lors d’une visite de terrain et devant l’ampleur des dégâts, le conseil départemental et le conseil régional ont décidé de se mobiliser et de débloquer une aide au transport de paille exceptionnelle de 40 000 €. Cette aide consiste en la prise en charge du coût de transport de paille à hauteur d’un tiers chacun.

500 tonnes de paille réservées
L’association pour la promotion de l’agriculture lozérienne (Apal) a ainsi pu monter une opération de solidarité chez les agriculteurs sinistrés en démarchant des céréaliers du département de la Seine-et-Marne.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1524, du 5 septembre 2019, en page 3.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.