Le Réveil Lozère 15 janvier 2020 a 10h00 | Par Sébastien Duperay

« Les loups n’hésitent plus à entrer dans le frigo »

Claude Font est éleveur ovin à Auzon, en Haute-Loire, et secrétaire général de la fédération nationale ovine en charge du dossier loup.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Claude Font est responsable du dossier « loup » à la FNO.
Claude Font est responsable du dossier « loup » à la FNO. - © HLP 43

Un arrêté publié le 3 janvier au Journal officiel confirme le maintien du taux de prélèvement de loups à 17 % pour 2020. Que pensez-vous de cette décision ?
Nous n’imaginions pas qu’il puisse en être autrement ! Le préfet coordonnateur du plan d’action national loup l’avait laissé entendre lors de la réunion du groupe national loup du 27 novembre dernier. Au vu du nombre de brebis tuées, près de 12 000 en 2019, nous attendions une décision politique. Le Conseil d’État a ainsi rejeté les remises en cause par des associations environnementales du taux de prélèvement à 10 % et de son relèvement pour 2019, à titre expérimental, à 17 %. Ce dernier sera donc maintenu pour 2020 et pourra être porté à 19 % si le nombre maximum de loups est abattu avant la fin de l’année. Je tiens à rappeler qu’il ne s’agit pas d’un objectif de chasse primaire, mais d’un objectif de tirs de défense face à des loups qui sont en approche prédatrice des troupeaux. Notre satisfaction ne viendra pas du nombre de prélèvements mais bien de la baisse de la pression de prédation sur nos animaux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je reste persuadée que les cartes sur lesquelles s’appuient l’expertise des prairies ne reflètent pas les pertes réelles de fourrage par la méthode des indices de pousse de l’herbe

a déclaré Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture, alors que les calamités agricoles 2022 sont en cours de paiement auprès des agriculteurs concernés.