Le Réveil Lozère 12 mai 2021 a 09h00 | Par David Laisney

Les machines à bêcher passent là où les charrues s’arrêtent

Les machines à bêcher ameublissent et aèrent le sol sans créer de semelle de labour. Elles se déclinent selon deux principes de fonctionnement : mouvement alternatif ou rotatif, dont l’action et la demande de puissance diffèrent.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Les machines à bêcher ne demandent pas de puissance de traction, car le mouvement de leurs organes travaillants a pour effet de « pousser » le tracteur, comme une fraise rotative.
Les machines à bêcher ne demandent pas de puissance de traction, car le mouvement de leurs organes travaillants a pour effet de « pousser » le tracteur, comme une fraise rotative. - © Lafforgue

Assez répandues dans le maraîchage, les machines à bêcher restent peu utilisées dans les exploitations de grandes cultures. Elles se retrouvent surtout dans les régions aux terres à forte teneur en argile et dans les zones de fond de vallée (Allier, Limagne, Puy-de-Dôme, Vallée de la Saône…). Ces matériels présentent l’avantage d’être complémentaires à la charrue, ou de la remplacer. Ils interviennent sur une grande plage de profondeur de travail allant de 15 à 50 cm, voire plus d’un mètre pour des applications spéciales, dispensant ainsi des opérations de décompactage. Ces outils s’affranchissent particulièrement bien des conditions humides et cassent les éventuelles semelles de labour, réinstaurant ainsi une bonne capillarité. En continuant de travailler là où les charrues s’arrêtent, ils élargissent les fenêtres d’intervention. « Les machines à bêcher permettent de récupérer des structures de sol après des récoltes en conditions difficiles à l’automne. Nous avons aussi des clients, dans le Sud-ouest en particulier, qui les utilisent l’été après la moisson pour enfouir les pailles et préparer le sol avant les semis de colza, par exemple », indique Philippe Lafforgue, directeur de Lafforgue Béchamatic. Leurs principaux ennemis s’avèrent être les cailloux, qui dégradent rapidement les bêches et entraînent la casse des boulons de sécurité. Ces machines se classent en deux familles : les modèles à mouvement alternatif, aussi appelés pelles-bêches ou bêcheuses (voire rotobêches par abus de langage) et les versions rotatives, dénommées rotobêches ou charrues rotatives.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Plus que le problème du prix, moi ce qui me préoccupe en tant que commerçant, c’est la disponibilité de certains produits dans les mois qui viennent

a alerté le 14 septembre sur l’antenne d’Europe 1, le PDG de Système U Dominique Schelcher.