Le Réveil Lozère 13 octobre 2021 a 12h00 | Par Marion Ghibaudo

Les magasins de producteurs : une idée qui avance

Jeudi 7 septembre, lors du sommet de l'élevage à Cournon, les Cerfrance Aura et Lozère ont tenu une conférence sur les magasins de producteurs, leurs avantages pour les agriculteurs, et les points à regarder.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Jeudi 7 septembre, lors du sommet de l'élevage à Cournon, les Cerfrance Aura et Lozère ont tenu une conférence sur les magasins de producteurs, leurs avantages pour les agriculteurs, et les points à regarder.
Jeudi 7 septembre, lors du sommet de l'élevage à Cournon, les Cerfrance Aura et Lozère ont tenu une conférence sur les magasins de producteurs, leurs avantages pour les agriculteurs, et les points à regarder. - © Clémence Sahut-Falcin

L'idée de cette conférence était de donner des références aux agriculteurs intéressés, et qui songeraient à ouvrir des magasins de producteur - une façon de vendre ses produits qui a le vent en poupe.
Les Cerfrance Aura et Lozère ont analysé les résultats technico-économiques d'une trentaine de magasins de producteurs, aussi bien en milieu rural qu'urbain ; une étude menée depuis 2017. L'objectif est de pouvoir proposer des références pour suivre la bonne santé des magasins, et donner des pistes de réflexion à ceux qui souhaiteraient se lancer.
« Lors du premier confinement en mars 2020, ont rappelé les deux conférencières, Annabelle Barthélémy et Anaïs David-Cavaz, 45 % des Français ont privilégié les produits locaux, le consommateur réorientant par là même ses achats vers les magasins de proximité. La tendance de s'approvisionner via les circuits courts était déjà amorcée avant la crise sanitaire. Cette dernière a accéléré le processus qui semble avoir perduré sur l'ensemble de l'année 2020 (65 % des Français ont consommé des produits issus des circuits courts en 2020) ».
Qu'est-ce qu'un magasin de producteurs ? « C'est un collectif d'agriculteurs qui commercialisent leurs produits dans un lieu commun physique, ouvert régulièrement, et dont le capital est détenu par des agriculteurs », a détaillé Annabelle Barthélémy. Dans ces magasins, « 70 % des produits vendus sont issus des fermes des agriculteurs ; 30 % maximum des produits sont en dépôt-vente », a rappelé la conseillère Cerfrance. Les références économiques construites par le Cerfrance, après les études de terrain, permettent « d'avoir des repères, des outils de contrôle et de gestion, de piloter le magasin au quotidien », entre autres.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La liste (ndlr publiée par la commission européenne) explique parfaitement pourquoi nous demandons depuis le premier jour qu’une étude d’impact complète soit réalisée

ont à nouveau dénoncé les organisations et coopératives agricoles de l’UE (Copa-Cogeca).