Le Réveil Lozère 15 septembre 2021 a 11h00 | Par Marion Ghibaudo

Les morts du mont-Lozère seraient dues à la maladie du charbon symptomatique

Vendredi 9 septembre, la préfète de Lozère Valérie Hatsch a tenu une conférence de presse pour donner les résultats des analyses après qu'une mortalité anormale de bovins a été signalée sur le mont Lozère, en près de deux semaines.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
La préfète, Valérie Hatsch, en conférence de presse vendredi 9 septembre pour donner les résultats des analyses des bovins du mont Lozère.
La préfète, Valérie Hatsch, en conférence de presse vendredi 9 septembre pour donner les résultats des analyses des bovins du mont Lozère. - © Marion Ghibaudo

Au moment où le Réveil Lozère met sous presse, le bilan des bovins morts sur le mont Lozère s'élève à plus de 20 bêtes. Pour les 17 premières morts, dont trois ont été analysées par les services de l'État, la maladie du charbon symptomatique est l'hypothèse retenue. Si seulement trois bêtes ont pu être analysées, « c'est parce que les autres carcasses étaient trop "vieilles" pour que les relevés puissent être faits dans de bonnes conditions », ont expliqué les services sanitaires. Selon ces derniers, les relevés doivent être effectués dans les quatre à six heures suivant le décès pour que les résultats puissent être interprétés correctement.
La maladie du charbon symptomatique est une maladie contagieuse qui a touché d'autres zones de montagne cet été : le Cantal et la Haute-Loire ont aussi signalé des cas. Cette maladie, qui a tendance à se développer lors d'un temps chaud et humide, touche principalement les jeunes bovins âgés de six mois à deux ans, « mais peut aussi toucher d'autres tranches d'âges », a averti le GDS Lozère. « Les spores bactériennes, présentes dans l'eau, les plantes et la terre, contaminent les ruminants par voie orale et provoquent un décès brutal et rapide », selon les services sanitaires présents aux côtés de la préfète, vendredi 9 septembre. « L'hypothèse du loup est écartée dans le cas des mortalités récentes de bovins par les analyses menées en laboratoire » a confirmé la préfète, qui s'est par ailleurs félicitée de la mobilisation rapide des services et des agents de l'OFB, du PNC et des services vétérinaires sur le sujet.
Si, une fois infectés, les animaux meurent très vite, « le meilleur moyen de prévenir ces épisodes est de vacciner rapidement », a rappelé le GDS Lozère lors d'une réunion d'information qui s'est tenue le 14 septembre à la mairie des Bondons, pour les agriculteurs affectés par cette épidémie. « La vaccination permet une immunité rapide », a souligné Laure Gaillard, directrice du GDS Lozère. Pour les éleveurs touchés, la mise en place d'une vaccination rapide est conseillée, ainsi qu'une surveillance accrue de leurs bêtes, et il est avisé de les rentrer tant que tout le troupeau n'est pas protégé.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous ne pouvons plus assumer financièrement de payer l’intégralité des dégâts agricole pour tout le territoire, alors qu’il y a des zones où nous ne pouvons pas mettre les pieds

rappelle Willy Schraen, président de la FNC.