Le Réveil Lozère 09 juillet 2022 a 12h00 | Par Marion Ghibaudo

Les musiques du monde à Chanac

Paré de vingt ans d'expérience, le festival Détours du monde continue de promouvoir une programmation alléchante et surprenante, du 13 au 28 juillet.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Fabien Moutet, Laura Thomassier et Yves Tanné.
Fabien Moutet, Laura Thomassier et Yves Tanné. - © Marion Ghibaudo

Après deux années de Covid-19, qui ont obligé le festival à être aménagé, 2022 est « l'année du renouveau », pour l'équipe qui porte le projet. « Ces deux dernières années, nous voulions à tout prix faire quelque chose, donc on a organisé des événements intermédiaires », pointe Fabien Moutet, directeur du festival. Mais l'équipe s'est aussi aperçue que ces années de transition étaient le bon moment pour renouveler le festival, qui accueille, pour les têtes d'affiche, jusqu'à 4 000 personnes, sous la tour de Chanac. « Nous étions arrivés au bout d'un cycle », confie Fabien Moutet. Au bout d'un cycle mais pas à bout de souffle, prouvent les organisateurs avec cette nouvelle édition sous le signe du renouveau.
Au programme, donc, des concerts, des conférences et un festival off, « hors les murs », délocalisé dans quelques villes lozériennes, pour toucher d'autres publics qui n'auraient pas l'occasion de venir à Chanac. Une manière, aussi, d'étoffer la programmation, pour proposer des artistes de nombreux horizons, soigneusement sélectionnés par les organisateurs. « Pour faire venir les artistes, cela peut nous prendre jusqu'à quatre ans », pointe Fabien Moutet. Car une fois que les noms ont été proposés, ils doivent être validés par l'équipe avant de décider s'ils s'intégreront à la programmation.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.