Le Réveil Lozère 18 janvier 2023 a 12h00 | Par Le Réveil Lozère en collaboration avec Agrapresse

Les niveaux des nappes phréatiques « préoccupants », alerte le BRGM

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Dans son bulletin de situation hydrogéologique publié le 13 janvier, le BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières) a annoncé que la recharge des nappes phréatiques réactives - qui se rechargent rapidement en cas de fortes pluies -, s'est poursuivie, alors que celle des nappes inertielles - caractérisée par des cycles de recharge lents - a débuté. Les niveaux du mois de décembre restent cependant préoccupants dans une grande partie du territoire, avec plus des trois quarts des indicateurs affichant des niveaux modérément bas à très bas. En cause, des pluies infiltrées insuffisantes au cours de l'automne pour compenser les déficits accumulés en 2022 et améliorer durablement l'état des nappes. « Ce début de recharge déficitaire risque d'affecter les nappes inertielles du Bassin parisien et plus particulièrement celles du couloir Rhône-Saône, fragilisées par un étiage sévère, pour l'année 2023 », prévoit le BRGM. Concernant les nappes réactives, il prédit que « des pluies abondantes et perdurant jusqu'au printemps pourraient permettre de retrouver des niveaux satisfaisants ». Et d'ajouter que « les tendances dépendront essentiellement de la pluviométrie durant l'hiver ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

La FNSEA appelle tout son réseau et l’ensemble de ses filières à se mobiliser à partir du 8 février à Paris et jusqu’au 20 février dans toute la France

a annoncé le syndicat dans un communiqué le 3 février.