Le Réveil Lozère 05 juin 2019 a 10h00 | Par Chambre d’agriculture 48

Les plaquettes de bois, une alternative à la paille ?

La chambre d’agriculture de Lozère a récemment organisé deux journées de formation sur les thèmes des alternatives à la paille et de l’ambiance dans les bâtiments d’élevage.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Les plaquettes forestières sont issues du broyage du bois en copeaux.
Les plaquettes forestières sont issues du broyage du bois en copeaux. - © Michel Vieilledent, CA 48

Alors que le cours de la paille flambe, les éleveurs cherchent des alternatives pour limiter les coûts. Pour répondre à cette demande, la chambre d’agriculture de Lozère a organisé deux journées de formation sur les thèmes des alternatives à la paille, et de l’ambiance dans les bâtiments d’élevage. Cette formation d’un jour, financée par Vivéa, a été réalisée à Aumont-Aubrac et Châteauneuf-de-Randon. Après des interventions en salle le matin, l’après-midi était consacré à une visite d’une exploitation agricole qui pratique le paillage plaquettes bois.

Suite de l'article à lire dans le dossier bois du Réveil Lozère n°1513, du 6 juin 2019, en page 10.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.