Le Réveil Lozère 25 mars 2020 a 10h00 | Par Chambre d’agriculture de la Lozère, COPAGE et service pastoralisme de la Chambre régionale d’Occitanie

Les prairies, un atout économique pour construire des systèmes d’élevage performants

Les chambres d’agriculture et l’association Copage présentent les résultats du projet Aeole sur la diversité des prairies.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Catherine Rocher

Depuis 2015, le Sidam a coordonné un travail sur les prairies permanentes du Massif central avec sept chambres d’agriculture, dont celle de la Lozère, l’association Copage, le service pastoralisme de la chambre régionale d’agriculture Occitanie, Unotec, le pôle fromager AOP Massif central, le conservatoire botanique national Massif central et l’Inrae de Clermont-Ferrand.
Ce programme, nommé Aeole, a permis de mobiliser des agriculteurs dans chaque département et suivre 47 parcelles pendant deux ans. Parmi eux, onze éleveurs lozériens ont accepté de mettre à disposition leurs prairies ou leurs parcours pour réaliser des prélèvements et identifier les pratiques mises en œuvre sur ces parcelles.
Pour chaque type de prairie identifiée, ont été évalués les services agricoles rendus par les prairies : rendements, qualité nutritive. Mais de façon plus originale, les services environnementaux et le potentiel qualité des produits ont aussi été évalués, via par exemple la composition floristique, le potentiel anti-oxydant ou la teneur en acides gras insaturés issus des végétations.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les milliers d’hectares de la Vallée de la Marne ainsi que quelques secteurs de l’Aube sont particulièrement touchés par ce champignon qui aime l’humidité et la chaleur

confirme Maxime Toubart, président du Syndicat général des vignerons (SGV) et co-président du Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC).