Le Réveil Lozère 28 avril 2022 a 08h00 | Par JG

Les premières préconisations du rapport Marchand

Le sénateur du Nord Frédéric Marchand émet dix recommandations pour mieux structurer les plans alimentaires territoriaux et renforcer le pilotage étatique de ces dispositifs, tout en dotant les collectivités de nouvelles compétences.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Le sénateur du Nord Frédéric Marchand a remis le rapport d'étape sur les PAT au ministre de l'Agriculture.
Le sénateur du Nord Frédéric Marchand a remis le rapport d'étape sur les PAT au ministre de l'Agriculture. - © Frédéric Marchand

Quasiment tous les départements français comptent désormais au moins un plan alimentaire territorial (PAT) : 373 ont été recensés au 1er avril 2022, répartis sur tout le territoire. Le déploiement de ce dispositif, créé par la loi d'Avenir pour l'agriculture de 2014, a été accéléré par la mise en oeuvre du plan France Relance qui prévoyait une enveloppe d'aides de 80 millions d'euros, apprend-on dans le rapport d'étape remis au ministre de l'Agriculture, le 6 avril, par le sénateur Frédéric Marchand (LREM, Nord).
Ce dernier avait été saisi, en février, d'une mission d'information gouvernementale visant à évaluer les PAT en place et à émettre des préconisations. Dans ce document de trente pages - qu'Agra presse a pu consulter - le rapporteur émet dix propositions et recommande notamment le renforcement du pilotage étatique du dispositif via la création d'une cellule interministérielle dédiée à l'alimentation. En parallèle, il recommande de « doter les collectivités d'une compétence alimentation pour en faire des autorités organisatrices de l'alimentation ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous disons stop à l'arrivée de toutes ces réglementations, le monde agricole n'en peut plus, il s'y perd. Il ne sait plus à quelle zone réglementaire il appartient, à quelle date semer.

Les chambres d'agriculture demandent une planification face au nombre important de politiques environnementales.