Le Réveil Lozère 22 septembre 2021 a 10h00 | Par AgraPresse en collaboration avec le Réveil Lozère

Les premières viandes issues d'un abattoir mobile sont commercialisées

Abonnez-vous Reagir Imprimer

« Le premier abattoir mobile pour bovins est en marche », se félicite le Boeuf Éthique dans un communiqué paru le 10 septembre. Les toutes premières viandes issues de ce système d'abattage sont désormais disponibles à la vente en ligne. Elles sont également distribuées par le biais de bouchers et restaurateurs. Le projet porté par Emilie Jeannine, éleveuse de charolaises dans la Côte-d'Or, a été rendu possible par la loi Egalim qui prévoit une expérimentation de ce type d'abattoir et grâce au financement du Plan de relance. Cet abattoir mobile « est un ensemble de trois camions qui se déplacent chaque jour sur une ferme différente pour permettre l'abattage des animaux sur place et leur éviter ainsi de longs transports pénibles », explique le communiqué. Il peut assurer l'abattage de quatre animaux par jour. Cinq opérateurs en assurent le fonctionnement. Après des premiers tests supervisés par deux vétérinaires mandatés par l'État, « avec l'accord des autorités sanitaires, l'abattoir mobile a pu démarrer sa tournée sur les fermes des éleveurs partenaires du Boeuf Éthique ». Il devrait prendre son rythme de croisière d'ici quelques semaines.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La liste (ndlr publiée par la commission européenne) explique parfaitement pourquoi nous demandons depuis le premier jour qu’une étude d’impact complète soit réalisée

ont à nouveau dénoncé les organisations et coopératives agricoles de l’UE (Copa-Cogeca).