Le Réveil Lozère 02 juin 2022 a 11h00 | Par Agrapresse en collaboration avec le Réveil Lozère

Les producteurs de la FNPL demandent une « augmentation générale » de 50 EUR les mille litres

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Dans un communiqué du 27 mai, la FNPL (producteurs de lait, FNSEA) exige un « signal fort » de la part des acteurs de l'aval et une revalorisation du prix du lait payé aux producteurs pour faire face aux prix des intrants « qui explosent dans toutes les fermes ». « Nous avons besoin d'une augmentation générale de 50 EUR les mille litres de lait payé », affirme le syndicat. Soit l'équivalent de 0,5 centimes d'euros sur un yaourt ou de 6 centimes d'euros sur une bouteille de lait, souligne le communiqué. « Le prix de l'avenir » pour la FNPL, qui agite le spectre de la « décapitalisation » du cheptel laitier. « Une ferme laitière ne reprend jamais son activité après l'avoir arrêtée. » Ciblant tour à tour la responsabilité de l'industrie et de la distribution dans cette dynamique (-1,5 % de vaches laitières sur un an en avril, selon l'Idele), le syndicat demande le paiement du lait « à sa valeur ». « Toutes les laiteries doivent dire maintenant à leurs éleveurs : "Nous avons besoin de vous", clame le communiqué. Tous les distributeurs doivent cesser ce jeu délétère qui entraînera la ruine de toute une filière et accepter les hausses. » En mars, le prix du lait standard (toutes qualités) s'est établi à 407 EUR les mille litres (+64 EUR par rapport à mars 2021), d'après FranceAgriMer. Le prix réel était, lui, de 434 EUR les mille litres. Quant aux coûts de production, ils ont augmenté de 19 % sur un an.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

J’ai singulièrement envie d’avancer sur le dossier des haies

avait déclaré Marc Fesneau, le 16 novembre lors de la remise des prix de l’Afja (journalistes agricoles).