Le Réveil Lozère 09 avril 2022 a 08h00 | Par JG

Les producteurs veulent renégocier avec les industriels

Alors que les acteurs de l'aval renégocient leurs contrats, les organisations de producteurs de lait appellent à rouvrir les négociations commerciales en amont.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Alors que les acteurs de l'aval renégocient leurs contrats, les organisations de producteurs de lait appellent à rouvrir les négociations commerciales en amont.
Alors que les acteurs de l'aval renégocient leurs contrats, les organisations de producteurs de lait appellent à rouvrir les négociations commerciales en amont. - © JC Gutner/Illustration

Certains ont déjà commencé, comme l'Association des producteurs Bel de l'Ouest (APBO) qui se prépare à renégocier, début avril, le prix de son lait avec le groupe Bel. « Notre clause de renégociation est basée sur des indicateurs, explique le président de l'APBO Gilles Pousse. Quand ils fluctuent de plus de 1 %, dans le rouge ou dans le vert, cela nous permet de redéclencher les négociations et c'est ce que nous avons fait ». En décembre, l'industriel et les producteurs avaient trouvé un accord sur un prix de référence pour le lait conventionnel à 377 EUR les mille litres (406 EUR toutes primes confondues) et un lait bio à 478 EUR les mille litres. Depuis, les charges des producteurs ont continué de s'envoler - notamment sur les dépenses d'énergie et d'alimentation animale - et la guerre en Ukraine assombrit les perspectives pour les mois à venir. C'est l'objet de la discussion qui débute.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Julien Denormandie avait promis que les aides à la conversion qui ne sont pas consommées resteraient orientées vers l’agriculture biologique, et c’est ce que nous devons confirmer avec Marc Fesneau

indique à Agra presse Étienne Gangneron, vice-président de la FNSEA en charge du dossier.