Le Réveil Lozère 06 mai 2022 a 12h00 | Par Christophe Soulard

Les propositions de la Plateforme verte

Au coeur des campagnes politiques, les énergies renouvelables sont l'objet de débats parfois passionnés, bien souvent par méconnaissance du sujet. Pour s'y retrouver dans le fatras des enjeux, et des financements, la Plateforme verte a édité un guide de 48 pages dans lequel elle tente surtout de réconcilier agriculture et photovoltaïque.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Au coeur des campagnes politiques, les énergies renouvelables sont l'objet de débats parfois passionnés, bien souvent par méconnaissance du sujet. Pour s'y retrouver dans le fatras des enjeux, et des financements, la Plateforme verte a édité un guide de 48 pages dans lequel elle tente surtout de réconcilier agriculture et photovoltaïque.
Au coeur des campagnes politiques, les énergies renouvelables sont l'objet de débats parfois passionnés, bien souvent par méconnaissance du sujet. Pour s'y retrouver dans le fatras des enjeux, et des financements, la Plateforme verte a édité un guide de 48 pages dans lequel elle tente surtout de réconcilier agriculture et photovoltaïque. - © Marion Ghibaudo/Illustration

Élargir les productions agricoles éligibles à l'agrivoltaïsme. Telles est l'une des ambitions de la Plateforme verte qui a récemment présenté ses 15 principales recommandations. Cette association qui regroupe aujourd'hui soixante- dix membres représentatifs des secteurs de l'énergie et de la finance ne méconnaît pas les appétits que certains investisseurs nourrissent sur les terres agricoles. Elle rappelle d'ailleurs qu'entre 2012 et 2018, la France a vu son territoire agricole diminuer en raison de l'artificialisation (131 000 ha) et l'empiétement de la forêt (532 000 ha) et qu'il « faut maintenir la vocation agricole des sols ». Elle sait aussi que la réputation de la filière photovoltaïque est en jeu et qu'elle « doit apprendre à considérer les autres enjeux que celui seul de son propre développement », souligne l'étude.
D'un autre côté, la Plateforme sait parfaitement jouer sur la corde sensible des demandes sociétales, la nécessité pour l'agriculture de s'adapter en présentant des solutions. C'est pourquoi elle met en avant le fait que « toute forme d'agrivoltaïsme favorisant une adaptation de l'agriculture au changement climatique devra (...) être encouragée ». Son approche se veut « consensuelle, pérenne » et entend « préserver les intérêts des agriculteurs ». Elle s'appuie d'ailleurs sur les objectifs de Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) qui prévoit, d'ici 2028, un doublement du photovoltaïque dont la capacité devrait passer de 20,6 GW en 2023 à 35,6 GW (limite basse) ou 44,5 GW (limite haute) en 2028.

Pour lire le guide, cliquez ici.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

L’été 2022 pourrait être marqué par des étiages ou des baisses de nappes marquées sur la totalité du territoire

selon un communiqué diffusé au lendemain d’une réunion du Comité d’anticipation et de suivi hydrologique (Cash).