Le Réveil Lozère 03 juin 2015 a 08h00 | Par Agrapresse

Les propriétaires ruraux veulent dépoussiérer le statut du fermage

La section nationale des propriétaires ruraux (SNPR) constate un désintérêt grandissant des propriétaires à l’égard du bail rural. Pour y faire face, elle demande une réforme de la relation bailleur-preneur. Une nécessité pour cette dernière craignant de voir les propriétaires refuser de louer leurs terres par le biais du fermage.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Charly Triballeau

La SNPR estime que le statut du fermage ne protège plus suffisamment les propriétaires. « Il y a eu une évolution importante de la relation entre propriétaires et fermiers, voire même des dérives », explique Josiane Béliard, sa présidente. La section constate que beaucoup de propriétaires ruraux louent leurs terres sans connaître tous les tenants et aboutissants d’un tel engagement. Lorsqu’ils en découvrent les conséquences, ils souhaitent bien souvent récupérer leur propriété. Chez les propriétaires plus informés, beaucoup cherchent des alternatives au fermage pour une utilisation plus optimale de leurs terres. Pour la SNPR, « si on ne réforme pas le statut du fermage, il y aura de moins en moins de mise en fermage ». Afin de donner un nouvel élan à la location des terres, la section plaide pour une réforme du statut du fermage. « Il faut un bail de fermage qui soit un véritable contrat basé sur deux impératifs : une durée limitée et le respect de l’intuitu personae*. » Avec la règlementation en vigueur, la durée initiale d’un bail rural est de neuf ans minimum, tacitement reconductible. Les propriétaires souhaitent pouvoir renégocier le bail à chaque renouvellement. La SNPR constate que même à la fin d’un contrat, il est difficile pour le propriétaire de vendre ou même de disposer de ses terres. Par peur de ne plus pouvoir les récupérer, certains propriétaires préfèrent laisser leurs terres vides, alors qu’elles pourraient profiter à un fermier. Pour la section, il faut revenir à l’essentiel : « Un contrat a un début et une fin. » Les propriétaires dénoncent le non-respect de l’intuitu personae. Le fermier peut céder son bail à ses descendants ou son conjoint. L’accord du propriétaire est nécessaire. La SNPR estime que ce n’est pas suffisant : une cession engage une nouvelle partie et la signature d’un nouveau contrat devrait par conséquent intervenir. « Sur ce point, c’est non négociable, affirme Josiane Béliard. La cessibilité des baux doit être choisie et volontaire. Tout autre processus est une spoliation du droit de propriété. »

La suite dans le Réveil Lozère, page 8, édition du 4 juin 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.