Le Réveil Lozère 03 septembre 2021 a 12h00 | Par AJ

Les relations commerciales et l'étiquetage dans le viseur de Joe Biden

Les problématiques de revenu des agriculteurs et d'étiquetage de l'origine ne touchent pas que la France ou l'Europe. Un récent décret présidentiel américain tente également d'y mettre de l'ordre.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Les problématiques de revenu des agriculteurs et d'étiquetage de l'origine ne touchent pas que la France ou l'Europe. Un récent décret présidentiel américain tente également d'y mettre de l'ordre.
Les problématiques de revenu des agriculteurs et d'étiquetage de l'origine ne touchent pas que la France ou l'Europe. Un récent décret présidentiel américain tente également d'y mettre de l'ordre. - © Franck Mechekour/Illustration

« En résumé, les exploitations familiales gagnent moins, les consommateurs payent plus et les grands conglomérats au milieu gardent la différence. » Non, nous ne sommes pas en France, mais outre-Atlantique. Et c'est Joe Biden, président des États-Unis, qui le dit dans le cadre d'un décret présidentiel du 9 juillet visant à renforcer la concurrence sur le marché du travail, mais aussi dans un certain nombre de secteurs de l'économie américaine. « S'agissant de l'agriculture et de l'agroalimentaire, le décret présidentiel décline un ensemble de mesures visant à rétablir, au profit des agriculteurs et des éleveurs, un cadre de négociation plus concurrentiel et donc plus équilibré, à alléger leurs charges d'exploitation et à mieux valoriser leurs productions », résume l'ambassade de France aux États-Unis dans sa publication Flash Agri de juillet. Comme en France, pour la loi Égalim et sa suite la proposition de loi Égalim 2, sont affichés au menu : rééquilibrage des relations commerciales et étiquetage de l'origine, avec un important focus sur le secteur de la viande bovine.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous ne pouvons plus assumer financièrement de payer l’intégralité des dégâts agricole pour tout le territoire, alors qu’il y a des zones où nous ne pouvons pas mettre les pieds

rappelle Willy Schraen, président de la FNC.