Le Réveil Lozère 06 mai 2020 à 09h00 | Par Sébastien Joly

Les souterrains annulaires de la Montagne bourbonnaise

De nombreux souterrains ont été découverts en Montagne bourbonnaise. Nous ignorons qui les a creusés et pourquoi.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les plans des souterrains annulaires.
Les plans des souterrains annulaires. - © AA03

L’Allier recèle de nombreux lieux mystérieux. Notamment ces souterrains énigmatiques en forme d’anneaux, en plein cœur de la Montagne bourbonnaise. Les historiens qui se sont penchés sur leur histoire n’en trouvent pas la fonction. S’agit-il de refuges, d’habitations ou de lieux sacrés ? Une certitude : ils suivent la même architecture en prenant la forme d’un ou de plusieurs anneaux ainsi qu’une petite pièce annexe possédant, dans le plafond, un conduit communiquant avec l’extérieur.
Découverts accidentellement lors de travaux agricoles, ils sont régulièrement révélés depuis une centaine d’années. La majorité en a été explorée par des archéologues.
Situés à proximité de points d’eau, ils sont souvent regroupés. Sur le site d’Arfeuilles, on n’en dénombre pas moins d’une trentaine, séparés les uns des autres d’environ trois cents mètres. Au vu de leur proximité, on peut penser, qu’à l’origine, ces souterrains n’étaient, au départ, pas cachés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.