Le Réveil Lozère 03 mai 2023 a 17h00 | Par Le Réveil Lozère en collaboration avec Agrapresse

Les surfaces de maïs irrigué reculeraient de 30 % en Haute-Garonne en 2023

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Par crainte d’éventuelles restrictions d’eau à l’été, de nombreux agriculteurs haut-garonnais ont décidé de modifier leur assolement pour réduire les surfaces de maïs irriguées, a rapporté la chambre d’agriculture de la Haute-Garonne à Agra presse le 27 avril. Et d’ajouter que, « cette année, les agriculteurs ont semé plus de céréales à paille d’hiver et de colza ». Par ailleurs, il y aura « plus de tournesol et de maïs dry, qui ne nécessite pas ou très peu d’irrigation ». Selon la chambre d’agriculture de la Haute-Garonne, la surface de maïs cultivée dans le département pourrait reculer de 30 % par rapport à l’année passée. Quant aux rendements, ils pourraient être divisés par trois, ce qui pourrait représenter « un différentiel de marge brute de 14 millions d’euros » pour l’ensemble des agriculteurs du département. La période de semis étant en cours, ces chiffres ne sont néanmoins pas définitifs. Dans une entrevue accordée à nos confrères de France Bleu, Christel Carpentier, vice-présidente de la chambre d’agriculture de la Haute-Garonne chargée de l’irrigation et des grandes cultures, estime qu’il va « falloir revoir notre copie », pour éviter « de précariser les exploitations agricoles ». « Si on avait une politique de retenues sur l’eau de ruissellement, on aurait plus de volume cette année et on passerait l’été sans s’inquiéter. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

La proportion de moutons par habitant est tombée à moins de cinq pour un en 2022, pour la première fois depuis 1850, quand les moutons ont été comptés pour la première fois

indique Stats NZ (organisme public néo-zélandais en charge des statistiques) selon des chiffres publiés le 22 mai et cité par l’AFP.