Le Réveil Lozère 03 juin 2020 à 10h00 | Par Agrafil

Les syndicats de salariés se lèvent pour la MSA et demandent plus de représentativité

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Dans un communiqué commun le 28 mai, les syndicats de salariés agricoles (CGC, CFTC, CFDT, FO et CGT) défendent à cor et à cri le régime de protection sociale de la MSA, durement critiqué dans un rapport de la Cour des comptes le 26 mai. Ils reprochent à la Cour « une vision purement comptable » et « s’opposent fermement à la suppression de la MSA et à son rapprochement au régime général », d’après le communiqué. Les syndicats soulignent aussi que « l’organisation décentralisée et l’ancrage territorial de la MSA (…) sont des atouts majeurs » pour maintenir le lien social dans les territoires ruraux qui se vident des services de l’Etat. Ils reconnaissent cependant la « pertinence » du rapport sur la nécessité de rééquilibrer la gestion paritaire des conseils d’administration des caisses locales, tout en s’étonnant de ne pas avoir été audités par la Cour à ce sujet. « Les salariés et retraités, représentant 58 % des assurés, revendiquent une représentativité proportionnelle dans les conseils d’administration de la MSA en fonction de leur poids démographique », poursuit le communiqué.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.