Le Réveil Lozère 04 mars 2022 a 12h00 | Par IL

Les syndicats dénoncent une « escroquerie » du nouveau règlement bio

Le nouveau règlement bio présente une « escroquerie manifeste », dénoncent trois syndicats apicoles (Unaf, SNA et Terre d'abeilles) dans un communiqué publié le 21 février.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Le nouveau règlement bio présente une « escroquerie manifeste », dénoncent trois syndicats apicoles (Unaf, SNA et Terre d'abeilles) dans un communiqué publié le 21 février.
Le nouveau règlement bio présente une « escroquerie manifeste », dénoncent trois syndicats apicoles (Unaf, SNA et Terre d'abeilles) dans un communiqué publié le 21 février. - © Jean-Charles Gutner/Illustration

Les organisations indiquent avoir récemment découvert que le nouveau règlement européen et son guide de lecture français permettront de certifier biologiques « des produits de la ruche issus d'aires de butinage pouvant être composées jusqu'à 49,99 % de floraison(s) non conformes ».
« Serait-il légalement admissible de certifier biologique une salade de tomates composée de 50,01 % de tomates certifiées biologiques et de 49,99 % de tomates dites conventionnelles ? », s'agacent les apiculteurs. Principal grief : le terme « essentiellement », utilisé au point 1.9.6.5. de l'Annexe II du règlement (UE) 2018/848 du Parlement européen, relatif au « logement et [aux] pratiques d'élevage ». Un petit adverbe qui à lui seul permettrait aujourd'hui d'attribuer la certification à n'importe quel miel contenant plus de 50 % de miel bio.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Julien Denormandie avait promis que les aides à la conversion qui ne sont pas consommées resteraient orientées vers l’agriculture biologique, et c’est ce que nous devons confirmer avec Marc Fesneau

indique à Agra presse Étienne Gangneron, vice-président de la FNSEA en charge du dossier.