Le Réveil Lozère 03 novembre 2021 a 10h00 | Par Marion Ghibaudo

Les tourbières de Lajo à l’honneur

Dans le cadre du programme régional « Trame verte et bleue en Occitanie » mené en Lozère par le Réel 48 et ses adhérents, le Copage organisait, pour la première fois le 15 octobre, une journée consacrée aux tourbières.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Dans le cadre du programme régional « Trame verte et bleue en Occitanie » mené en Lozère par le Réel 48 et ses adhérents, le Copage organisait, pour la première fois le 15 octobre, une journée consacrée aux tourbières.
Dans le cadre du programme régional « Trame verte et bleue en Occitanie » mené en Lozère par le Réel 48 et ses adhérents, le Copage organisait, pour la première fois le 15 octobre, une journée consacrée aux tourbières. - © Lise Monteiller/Illustration

« L’objectif de cette journée était de réunir l’ensemble des acteurs qui ont un lien avec les zones humides », a expliqué Nina Combet, chargée de mission agri-environnement au Copage. Parmi le public qui s’est réuni ce jour-là, se trouvaient des agents de la DDT, des gestionnaires d’espaces naturels, des élus locaux, etc. sans oublier le volet agricole, puisque « les agriculteurs utilisent aussi ces zones humides chez eux ».
« Notre rôle a été de présenter comment le Copage accompagne les zones humides et leur gestion par les agriculteurs », a, par exemple, détaillé Nina Combet de son intervention. Pour illustrer les propos théoriques délivrés le matin, l’après-midi a été consacré à une balade commentée sur les tourbières de Lajo. Accompagnée de spécialistes comme le conservatoire des espaces naturels (CEN) d’Occitanie et d’Arnaud Tourman, docteur en géographie, chercheur et expert sur les tourbières, elle a permis aux curieux et élus de découvrir le fonctionnement de ces milieux et la biodiversité exceptionnelle qu’ils abritent.
Pour les élus présents à cette journée, comme Joël Rouquet, président du site Natura 2000 « Montagne de la Margeride », vice-président de la communauté de communes Terres d’Apcher Margeride Aubrac et Maire de Saint-Pierre-le-Vieux, l’un des enjeux de la conservation des tourbières se trouve au niveau de l’eau potable. « Nous avons une très bonne gestion de la zone humide entre nous et les agriculteurs », se satisfait l’élu. Une gestion équilibrée entre différents acteurs que le maire de Lajo, Alain Soulier, tient lui aussi à souligner. « Cela fait vingt ans que je suis maire, et l’exploitation de cette zone humide est mieux partagée. Le plus compliqué est pour les milieux forestiers, car l’exploitation y est difficile à cause des contraintes de conservation », pointe l’édile. Quant aux agriculteurs, « nous avons un contrat moral entre les agriculteurs, l’ONF, le CEN et la mairie qui fait que les bêtes paissent quand il le faut », a assuré Alain Soulier, qui a vu, lors de ses différents mandats, une évolution des consciences par rapport à la gestion de ces zones.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les mots ont agacé, parce qu’ils ont sans doute été trop forts

regrette Loïc Guines, président de l’Agence bio et référent bio pour l’Apca dans une interview avec Agra presse parue le 17 juin.