Le Réveil Lozère 30 décembre 2021 a 12h00 | Par AG

Les Vingt-sept admonestent Bruxelles

Alors qu’ils doivent finaliser leurs plans stratégiques nationaux dans l’urgence, de nombreux ministres de l’Agriculture de l’UE ont appelé la Commission européenne à ne pas profiter de la situation pour introduire de nouvelles exigences administratives qui n’étaient pas prévues initialement. Et la situation n’est pas facilitée par le fait que la plateforme informatique dans laquelle les États membres doivent introduire leurs plans n’est pas encore pleinement déployée.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Alors qu’ils doivent finaliser leurs plans stratégiques nationaux dans l’urgence, de nombreux ministres de l’Agriculture de l’UE ont appelé la Commission européenne à ne pas profiter de la situation pour introduire de nouvelles exigences administratives qui n’étaient pas prévues initialement. Et la situation n’est pas facilitée par le fait que la plateforme informatique dans laquelle les États membres doivent introduire leurs plans n’est pas encore pleinement déployée.
Alors qu’ils doivent finaliser leurs plans stratégiques nationaux dans l’urgence, de nombreux ministres de l’Agriculture de l’UE ont appelé la Commission européenne à ne pas profiter de la situation pour introduire de nouvelles exigences administratives qui n’étaient pas prévues initialement. Et la situation n’est pas facilitée par le fait que la plateforme informatique dans laquelle les États membres doivent introduire leurs plans n’est pas encore pleinement déployée. - © Dati Bendo/Illustration

La plupart des ministres de l’Agriculture de l’UE ont lancé, le 13 décembre à l’occasion de leur dernière réunion de l’année à Bruxelles, un avertissement à la Commission européenne accusée d’introduire, via la législation secondaire de la future Pac (les actes délégués et d’exécution), des exigences supplémentaires allant au-delà de l’accord conclu entre le Conseil et le Parlement européen. C’est aussi la raison pour laquelle le Parlement européen a décidé de ne pas valider en urgence les actes délégués qui lui sont soumis afin de prendre le temps de les examiner en détail, se laissant jusqu’au 10 janvier pour se prononcer. Quelque 21 États membres ont adressé à la Commission européenne une note détaillant leurs griefs. Parmi leurs inquiétudes figurent l’obligation d’inclure des informations sur la géolocalisation ainsi qu’une nouvelle définition de la parcelle. Le ministre français Julien Denormandie, qui prendra la présidence du Conseil agricole à partir du 1er janvier, a insisté sur le fait que la Commission « doit respecter le mandat qui lui a été confié » lors de l’élaboration de la législation secondaire. Pour le Luxembourg, ces nouvelles exigences s’éloignent de l’objectif initial de simplification et de subsidiarité de la nouvelle Pac.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.