Le Réveil Lozère 28 octobre 2020 à 09h00 | Par AG

Les Vingt-sept soutiennent la stratégie biodiversité 2030 de Bruxelles

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le 23 octobre, les ministres européens de l’Environnement ont adopté une communication soutenant la stratégie biodiversité 2030 de la Commission européenne, ainsi que l’essentiel de la loi climat – à l’exception de l’objectif d’émissions pour 2030, objet d’âpres négociations, rapporte l’AFP. Réunis au Luxembourg, les ministres des vingt-sept ont soutenu la proposition de la Commission de placer sous protection 30 % de la superficie terrestre et maritime de l’Europe. « Cet objectif devra être atteint collectivement par les États membres, qui participeront à l’effort commun en tenant compte des paramètres nationaux », précise un communiqué commun. Les ministres ont avalisé l’obligation pour les futurs projets économiques européens de ne pas nuire à la biodiversité. Tous les projets législatifs de la Commission devront en tenir compte. « Les populations d’oiseaux et d’insectes disparaissent, nos paysages naturels sont dans un état déplorable en raison d’une agriculture industrielle et de l’exploitation des forêts », a commenté la ministre allemande Svenja Schulze, dont le pays préside actuellement l’UE.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.